Envie de se lancer dans la généalogie ?

Avatar du membre
Level 6
60 messages

29 août 2014, 20:58

Nonononononon, la Haute-Normandie c'est la fausse, c'est la banlieue parisienne ! :)
 
De quels patelins dans la Manche ? On est tous cousins par là-bas


Avatar du membre
Level 6
60 messages

29 août 2014, 23:39

Ben voilà on est cousins, enchanté !

Avatar du membre
Level 2
9 messages

12 févr. 2015, 13:46

On peut avoir des archives d'autres pays genre Pologne, Arménie en France ? Ou faut se déplacer ... ;(

Level 12
213 messages

24 févr. 2015, 21:51

Ca m'a intéressé, mais vu le nombre de cousins/cousines/oncles/tantes dans la famille, j'ai abandonné, trop de données et pas assez de temps. D'autant que les trois-quart sont d'origines étrangères. Néanmoins je sais que mon nom de famille à été créé aux alentours du XVIème siècle, et viens d'une déformation du mot louvetier, puisque le premier ancêtre connu était louvetier du roi.

Avatar du membre
Level 6
60 messages

19 juin 2018, 23:07

Tiens je remonte le sujet si jamais ! Suis tjrs autant passionné :)

Avatar du membre
Level 6
52 messages

03 juil. 2018, 21:27

Du coté de ma mère, je suis remonté jusque sous Louis 11.
Par contre du coté de mon père, je remonte tout juste jusqu'à la fin du 19ème siècle.
C'est dommage car cette partie de la famille a l'air assez intrigante.

Avatar du membre
Level 12
211 messages

03 juil. 2018, 22:29

LeConventionnel a écrit : Concernant la généalogie, même si je suis "fan du passé" je trouve ça assez étrange de vouloir retrouver des ancêtres. Si on les a perdus c'est bien qu'ils n'ont pas d'importance sur notre vie actuelle et qu'ils sont moins intéressants que les Hommes qui ont marqués l'histoire. Certains adeptes m'ont dit que c'était important de savoir d'où l'on vient mais, honnêtement, je ne vois pas en quoi apprendre qu'on est le descendant de nobles décapités ou de roturiers "décapiteurs" influe sur ce qu'on pense et ce qu'on est. 
Ma grand-mère a fait sa généalogie sur pas mal de générations aussi. Je ne pense pas que ce qui la motive soit de découvrir qui elle est (ça, elle le sait déjà) mais plutôt pour :
=> s'occuper (la retraite...) + ça fait des objectifs à court terme (genre elle va passer quelques jours dans tel coin pour consulter les archives et en plus elle visite le coin en question pour le plaisir)
=> le plaisir de mener l'enquête et par curiosité (il y a un côté assez ludique ; sans compter les trouvailles marrantes ou ce que ça apprend sur les conditions de vie de l'époque > je pense notamment à l'effrayant taux de mortalité infantile, aux diverses professions et stratégies sociales sur des siècles, etc.)
=> je pense aussi, au seuil de la vie, l'idée qu'on fait partie d'un tout plus grand, qu'on est une maille d'un réseau familial très étendu

Bref c'est pas mal, quand c'est bien fait ça peut nourrir les études historiques en fournissant des statistiques pénibles à récolter qui permettent d'écrire une histoire qui n'est pas celle de quelques "élites" (enfin ça fait longtemps qu'on ne se limite plus à l'histoire bataille heureusement).

Avatar du membre
Level 11
208 messages

04 juil. 2018, 17:31

louloup a écrit : Ma grand-mère a fait sa généalogie sur pas mal de générations aussi. Je ne pense pas que ce qui la motive soit de découvrir qui elle est (ça, elle le sait déjà) mais plutôt pour :
=> s'occuper (la retraite...) + ça fait des objectifs à court terme (genre elle va passer quelques jours dans tel coin pour consulter les archives et en plus elle visite le coin en question pour le plaisir)
=> le plaisir de mener l'enquête et par curiosité (il y a un côté assez ludique ; sans compter les trouvailles marrantes ou ce que ça apprend sur les conditions de vie de l'époque > je pense notamment à l'effrayant taux de mortalité infantile, aux diverses professions et stratégies sociales sur des siècles, etc.)
=> je pense aussi, au seuil de la vie, l'idée qu'on fait partie d'un tout plus grand, qu'on est une maille d'un réseau familial très étendu

Bref c'est pas mal, quand c'est bien fait ça peut nourrir les études historiques en fournissant des statistiques pénibles à récolter qui permettent d'écrire une histoire qui n'est pas celle de quelques "élites" (enfin ça fait longtemps qu'on ne se limite plus à l'histoire bataille heureusement).
Ce n’est pas faux. Déjà le message de Superarcanis m’avait fait prendre conscience que j’avais un mauvais regard sur la généalogie (ou au moins un regard très partiel).

Il faut dire, pour ma défense, que les deux seuls passionnés de généalogie de ma connaissance sont : un ami à moi (qui est devenu monarchiste en s’apercevant qu’il avait du sang bleu dans les veines) et mon beau-père (un champenois qui se prend pour un viking depuis qu’il a découvert ses origines normandes). Autant dire que j’avais quelques a priori négatifs (en plus je n’aime ni l’Action Française, ni les régionalistes…).

Sinon je suis bien conscient de l’utilité de cette discipline, notamment pour faire de l’histoire sociale. Lorsque j’étais en L3, j’avais dû étudier la vie de la famille d’un illustre inconnu du XIXe siècle avec, en document de travail de base, son inventaire après décès (comme dans le bouquin d’Alain Corbin, Le Monde retrouvé de Louis-François Pinagot). C’était très intéressant, mais à s’arracher les cheveux (le notaire de la famille sur laquelle j'étais tombé m’a fait regretter mes cours de paléographie médiévale).

Il reste que beaucoup du travail des généalogistes finit par se perdre dans des greniers poussiéreux et ne sert pas vraiment aux historiens. Si la généalogie est un outil de l’histoire, rares sont les généalogistes à l’écrire (notamment parce que ça demande un travail de compilation et de réflexion assez détaché des préoccupations très familiales des généalogistes). Mais je pense que tu n’as pas dit autre chose.

Avatar du membre
Level 12
211 messages

04 juil. 2018, 19:01

LeConventionnel a écrit : Il faut dire, pour ma défense, que les deux seuls passionnés de généalogie de ma connaissance sont : un ami à moi (qui est devenu monarchiste en s’apercevant qu’il avait du sang bleu dans les veines)
Un syndrome fréquent à l'Ecole du Louvre m'a-t-on dit @onion9@
Sans rire : y a clairement aussi des personnes qui sont dans cette optique (construire une tradition familiale fondée sur les origines de ses ancêtres). Dans mon cas il s'agit pour une grande partie de migrants venus d'un peu partout et de roturiers donc ça aurait été difficile de se faire anoblir par Louis XIV. Ou alors on peut se dire que ce sont des aventuriers @onion17@

Je pense que le développement massif de la généalogie ces dernières années n'est pas complètement déconnecté de la montée du sentiment national.
LeConventionnel a écrit : le notaire de la famille sur laquelle j'étais tombé m’a fait regretter mes cours de paléographie médiévale
On a eu aussi le coup des archives à moitié brûlées ou de la grosse tâche d'encre malencontreuse... La recherche en archives c'est un peu l'ascenseur émotionnel @onion9@
LeConventionnel a écrit : Il reste que beaucoup du travail des généalogistes finit par se perdre dans des greniers poussiéreux et ne sert pas vraiment aux historiens.
Je pense que le gros problème aussi c'est la rigueur avec laquelle c'est fait. Genre je suis super fier de ma mamie parce qu'elle documente toujours bien tout en incluant des copies des actes, qu'elle a un système de classement bien clair et qu'elle n'invente pas quand elle arrive pas à lire quelque chose ou que l'info est manquante. Ma tante l'aide parfois et elle c'est un peu n'importe quoi (elle lit plus avec le coeur qu'avec les yeux si je puis dire). Du coup même si c'est très bien fait, si ça devait être utilisé par un historien, il faudrait sans doute tout revérifier par précaution (enfin moi c'est ce que je ferais).
Après y a quand même des sortes de clubs et de petites publications de généalogie donc tout ne passe pas systématiquement à la trappe. Mais bon que va devenir tout ce travail après le décès de ma grand-mère ? Il est pas certain que quelqu'un ait le courage de reprendre le dossier.

Avatar du membre
Level 12
211 messages

04 juil. 2018, 19:04

LuaEagle a écrit : On peut avoir des archives d'autres pays genre Pologne, Arménie en France ? Ou faut se déplacer ... ;(
y a des clubs de généalogie locaux que tu peux essayer de contacter. Sinon y a aussi les Mormons qui ont microfilmé des tas d'actes pour pouvoir... baptiser les gens après la mort @onion9@ (genre t'es crevé he ben on vient quand même te faire chier)

Avatar du membre
Level 6
60 messages

13 juil. 2018, 12:39

Josh_Draghan a écrit : Du coté de ma mère, je suis remonté jusque sous Louis 11.
Par contre du coté de mon père, je remonte tout juste jusqu'à la fin du 19ème siècle.
C'est dommage car cette partie de la famille a l'air assez intrigante.
Ah étonnant de bloquer aussi tôt, quel est le problème ?

Avatar du membre
Level 6
52 messages

14 juil. 2018, 08:04

Liamgallagher a écrit :
Josh_Draghan a écrit : Du coté de ma mère, je suis remonté jusque sous Louis 11.
Par contre du coté de mon père, je remonte tout juste jusqu'à la fin du 19ème siècle.
C'est dommage car cette partie de la famille a l'air assez intrigante.
Ah étonnant de bloquer aussi tôt, quel est le problème ?
Je n'arrive pas à retrouver la nationalité du père de mon arrière grand-mère par exemple. Il semble que les archives se soient perdues après la fin de l'empire Austro-Hongrois (dont il semblerait qu'ils soient originaires). Je la retrouve,elle , en Angleterre mais la plupart des autres enfants de cette famille sont nés dans d'autres pays Européens. Apparemment ils bougeaient pas mal. J'avais bien tenté de contacter un cousin descendant d'un des frères de cette arrière grand-mère, mais il ne m'a jamais répondu. Il est possible que l'adresse trouvée ait été obsolète.

Avatar du membre
Level 6
60 messages

14 juil. 2018, 09:21

Je t'ai envoyé un msg en pv mais pas certain qu'il soit passé

Avatar du membre
Level 6
52 messages

15 juil. 2018, 11:28

Je viens de te répondre en privé.
Le souci que je rencontre, c'est, en effet, que cette arrière grand-mère, ainsi que toute sa famille, a passé sa vie à changer de pays. On la retrouve dans l’ancien empire Austro-Hongrois, en Angleterre, en Turquie puis finalement en France. Une de ses sœurs est en Égypte, un frère aux États Unis, un autre en Grèce. C'est très difficile de remonter tous les fils.




Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 29 invités