Prévention : vous en êtes où?

Avatar du membre
Adhérent
319 messages

31 août 2020, 18:09

Je suis surement très médisant, mais j'ai noté une vraie dégradation de la prévention des risques depuis l'avènement de la Prep ; les gens, se sentant "protégés", ont tendance à concevoir le préservatif comme "optionnel" voire désuet. Les profils sur les applis, tout comme les discussions lorsqu'on en vient à parler "pratiques envisagées" tournent communément autour des mots "jus", "gorge profonde" "bbk" "touze", etc. (oui oui, chacun fait ce qu'il veut, et si on aime pas, on décline. OK.)

Il devient réellement tabou et compliqué d'aborder la question de la protection ; lorsque cette question est soulevée (notamment sur Grindr), elle débouche généralement sur une disparition du contact, ou une perte totale d'intérêt.

A la question "des envies" ou "des kiffs", la réponse est souvent "jus, bbk, gorge profonde", mais sans préservatif. Quelques fois accompagnée d'un "t'inquiète, je suis sous Prep", comme si la Prep était le bisou magique du foot et protégeait de tout et n'importe quoi (sans compter que, le gars te dit être sous Prep mais... c'est connu, croyons un parfait inconnu sur sa parfaite hygiène et sa bonne santé).

Il y a 1 an et demi environ, avant de rencontrer mon mec, j'ai croisé un NG sur Grindr. Contact facile, charmant, sympas, on se dit : "pourquoi pas". On discute, ça colle bien. Vient la classique question : "tu aimes quoi, des kiffs ?" Je retourne la question. "Jus, no kpote. J'aime pas avec une kpote". Je signale que je suis kpote only, et que je suis super vigilant et prudent. Réponse : "t'es sous Prep ? Si oui, tu risques rien. Au fait, je suis positif indétectable". Du coup, étant légèrement hypocondriaque sur les bords, cette expérience m'a amené à réfléchir, et prendre des distances avec ces rencontres d'un soir. Et surtout d'imposer clairement et sans équivoque le préservatif avant, pendant et après.

On nous bassine avec le VIH et les IST/MST, mais comme pour le Covid, j'ai vraiment l'impression que les gens parlent beaucoup, mais font tout le contraire sur le terrain. On parle pas d'un rhume ou d'un truc bénin (oui oui, ça se soigne, on peut vivre avec, etc. etc.), mais de quelque chose à éviter et dont la prévention et la protection devrait, en tout bon sens, être prioritaire pour tout individu un tant soit peu intelligent.

Je compte plus le nombre de mecs vus sur les applis par chez moi dont le statut sérologique est passé de négatif à positif. Ils prônaient et prônent encore le "open", "no tabou", "jus", etc. Ils font ce qu'ils veulent, c'est cool d'être transparent sur le sujet, mais c'est moche quand même... Surtout (non pas ce l'âge justifie quoi que ce soit) quand ce sont des gamins d'à peine la vingtaine...

Bref, malgré les actes de prévention, les campagnes de pubs, les gens qui agissent dans la rue, les stands, l'accès à l'information, je suis choqué de voir que les gens agissent de manière irresponsable. Vis-à-vis d'eux-mêmes, mais également des autres. Et que le port du préservatif (à l'instar du masque en pleine période Covid) soit oublié, voire rejeté.

Avatar du membre
Comité
555 messages

01 sept. 2020, 22:55

Pour ma part, je suis également passé sous PreP. Je ne connais pas grand monde qui pratique la fellation sous capote, et quand bien même le risque de transmission du VIH est moindre, il existe, a fortiori en cas de plaie dans la bouche, ingestion de liquide séminal voire "la totale". En tant que non-monogame, ça m'est apparu comme une évidence, car c'est ME protéger, mais aussi protéger les autres.

A côté de cela, n'étant que très peu adepte du coït, pour parler crument, je ne suis même pas tellement dans le public cible, mais je la considère comme une précaution supplémentaire, qui ne m’exonère pas du préservatif les rares fois où c'en vient jusqu'à jouer à la bête à 2 dos. Cela peut en choquer certains, mais je m'en fiche, inconnu/peu connu encore = capote, ou on alors on s'en tient à tout le reste qu'on peut faire pour s'amuser.
Sans préservatif, cela a pu m'arriver, mais il s'agissait de personnes de confiance, dont je connais la sérologie et la rigueur du suivi médical sous PreP (on se montre sans tabou nos résultats respectifs de < 3 mois, etc.)

Il est malheureusement triste de constater que certains profitent de l'existence de ce traitement pour totalement esquiver la seule et véritable mesure de protection générique, toute fonction, et surtout : MANIFESTEMENT visible de tous les partenaires impliqués.




Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 198 invités