Le sexisme chez les geek


Avatar du membre
Level 27
1112 messages

10 nov. 2013, 12:55

Mar_lar et un pas mal d'autre geeks on lancé un nouveau site sur le sexisme dans le mon geek en général (jeux vidéo, informatique, rôlistes...).
C'est tout neuf mais déjà bien enrichit :
machisme haute fréquence : http://www.mhfreq.org/
sur facebook : https://www.facebook.com/MHFreq
Le twitter : https://twitter.com/MHFreq

Avatar du membre
Adhérent
422 messages

10 nov. 2013, 14:52

Merci.
Il est très bien, mais encore bien vide, vivement que ça s'étoffe !

Avatar du membre
Level 7
79 messages

11 nov. 2013, 10:10

Nan mes ces dingue, a la j'ai les yeux grand ouvert sur ça depuis la paris qames week de cette année, ou ma meilleur ami ces fait refouler a un stand devant son mec elle a préféré la joué calme et tout mes elle avait rien compris a ce qui lui arrivait puis apparemment les mec entendant derrière rajoutais une couche, quand t-ils mon raconter ça j'ai été stupéfait mes si j'avais pas été en stage et j'aurai été avec elle je serai partie en freestyle sérieux. Et lire cette article je suis effaré de voir que sa peut être aussi massif que cautionné ces fous après ou qu'on aille il y aura des brebis galeuse et des relou mes quand même je reste sans voix.
Image

Level 5
38 messages

08 févr. 2014, 20:54

Je savais que certaines personnes pouvaient se montrer odieuses dans les jeux mais franchement j'étais loin d'imaginer que ça soit si terrible... Quand je vois ça, je me dis que finalement c'est pas si mal d'être un geek solitaire XD

Heureusement que les NG ne sont pas comme ça ^^

Et puis ils ont quoi contre les sims, c'est plutôt marrant aha, j'y jouais des fois avec ma meilleur pote et au moins on peut avoir des couples homos et ça gênera pas le voisinage :D

Level 10
147 messages

13 févr. 2014, 09:26

Un p'tit comic que j'ai trouvé sur Tumblr, qui me rapelle l'histoire d'Uter
Image
Tumblr

Level 5
38 messages

13 févr. 2014, 15:29

[quote="Heukalyptus"]
Un p'tit comic que j'ai trouvé sur Tumblr, qui me rapelle l'histoire d'Uter
 
[/quote]
 
 
 
Quelle histoire? XD

Avatar du membre
Level 16
408 messages

14 févr. 2014, 00:42

C'est un sujet qui me révolte (faudrait me voir derrière mon écran en mode grosse drama qui hurle) et j'essaye de dénicher le sexisme dans les jeux vidéos auxquels je joue et malheureusement je passe parfois à côté. Preuve du conditionnement opéré sur la masse dont je fais partie. C'est évident quand c'est un domaine LGBT où là je hurle aussi (je hurle beaucoup je trouve).
 
D'ailleurs la communauté gaymer (ici ou ailleurs) n'est pas dénuée de sexisme et d'homophobie latente. Oui, les homos homophobes existent ce n'est pas une légende urbaine. Suffit de voir certains posts sur le FB NG.
 
Merci d'avoir partagé les autres liens, je ne les connaissais pas. Je m'empresse de lire tout ça (après avoir dévoré l'artcile de Mar_Lard).

Avatar du membre
Level 12
210 messages

14 févr. 2014, 11:27

<div>
 
[quote="Lemonday"]
Oui, les homos homophobes existent ce n'est pas une légende urbaine. Suffit de voir certains posts sur le FB NG.
[/quote]
 
Je ne suis pas d’accord car d’une part, il y a clairement un abus de langage avec le terme "homophobie" qu’on emploie si souvent qu’il ne veut plus rien dire. Et d’autre part car j’ai vu des débats enflammés entre des gays partisans et des gays détracteurs du communautarisme, dans lesquels les détracteurs finissaient par être perçus comme des "homos homophobes" car ils critiquaient l’entre-soi et les logiques de distinction sociale opérées par certains gays pour mettre en évidence leur orientation sexuelle.
 
Si une différence de point de vu sur "la bonne manière d’être gay" est de l’homophobie, alors j’ai peur que nous soyons tous l’homophobe de quelqu’un.
 
Pour nuancer mon propos, je dois admettre que l’acolyte de Frigide Barjot (le gay qui prône l’abstinence sexuelle pour éviter de déplaire à "Dieu") est vraiment à la marge de l’homophobie (mais l’individu en question est pour le moins… "unique").
</div>
Modifié en dernier par LeConventionnel le 14 févr. 2014, 11:28, modifié 1 fois.

Avatar du membre
Adhérent
1896 messages

14 févr. 2014, 14:15

Il est loin d'être unique, et de mon point de vue, il n'est pas "à la marge" de l'homophobie
 
Pour avoir déjà vécu ce genre de "débat" pro/anti communautarisme (tu peux transposer à pro/anti gay pride, pro/anti mariage gay, pro/anti adoption, pro/anti égalité des genres, pro/anti morale sexuelle, ça marche aussi en général), le problème n'est pas tant de critiquer l'entre-soi ou les mécanismes de distinction sociale, mais plutôt les arguments avancés pour les critiquer et dans quoi ils ont l'air de prendre racine, quand on gratte un peu.
Et inversément pour le côté "pro" hein.
 
C'est un peu réducteur de croire qu'il y a un côté homophobe et pas l'autre, il s'agit plus souvent de pensées/discours/attitudes ou "réflexes culturels" (j'arrive pas à trouver le mot qui me convienne) homophobes qui se retrouvent des deux côtés, par grosses ou petites touches.
Pointer du doigt ces petits trucs ne devrait pas tuer le débat, si on a conscience qu'on est *effectivement* tous l'homophobe de quelqu'un d'autre :)
Modifié en dernier par Créneau le 14 févr. 2014, 14:17, modifié 1 fois.

Avatar du membre
Adhérent
422 messages

14 févr. 2014, 14:29

J'approuve ! C'est exactement ce que j'avais envie de répondre mais je n'arrivais pas à le formuler.
 
+1

Avatar du membre
Level 12
210 messages

14 févr. 2014, 15:15

Intéressant… mais je vais essayer de clarifier ma pensée car je n’ai pas réussi à démontrer ce que je voulais démontrer, à ce qu’il parait.
 
Dire qu’un homosexuel qui se revendique comme tel est un homophobe est tiré par les cheveux (sauf en ce qui concerne une poigné d’illuminés comme l’acolyte de Barjot). Par contre, on peut raisonnablement être homosexuel et contre le mariage pour tous, l’égalité des genres la distinction sociale, le communautarisme…
 
Évidement que derrière il y a des valeurs, évidement que certaines sont réactionnaires et rétrogrades. Ce qui me dérange c’est qu’on puisse qualifier ces valeurs d’homophobes. Cela sous-entend effectivement qu’il y a des valeurs homophobes et d’autres homophiles et c’est un tort de penser cela selon moi. Je m’explique :
 
Il y a des groupes de gays catholiques, fiers d’être gays et revendiquant des valeurs catholiques. Sont-ils homophobes pour autant ? Ce n’est pas aux homosexuels qu’ils s’opposent mais à des valeurs qui ne sont pas les leurs. Un homosexuel avec d’autres valeurs pourra percevoir les critiques de ces groupes comme de l’homophobie alors que ce n’est pas le cas car l’homosexualité n’est pas remise en question par la critique des gays catholiques.
 
L’homophobie c’est avoir peur jusqu’à la détestation et la haine de personnes parce qu’elles sont homosexuelles et seulement pour ça. Si l’on défend des valeurs du moyen Âge, c’est malheureux, mais si on se dit soit même homosexuel en les défendant alors c’est (le plus souvent) que l’on ne pense pas de mal de l’homosexualité en tant que telle mais seulement de valeurs portées par certains homosexuels (et ce n’est donc pas de l’homophobie au sens strict).   
Modifié en dernier par LeConventionnel le 14 févr. 2014, 15:20, modifié 1 fois.

Avatar du membre
Adhérent
1896 messages

14 févr. 2014, 15:42

Je ne suis pas trop d'accord avec ta définition de l'homophobie :/
J'arrive pas à exprimer clairement (avec une définition univoque) mon point de vue non plus, mais je veux bien essayer :
Quand tu parles des cathos homos, ok, no prob.
Si on parle de vrais catholiques, pas de vagues chrétiens hippies (pas de mépris dans cette phrase), la seule façon de vivre une identité homosexuelle en accord avec le dogme catholique, c'est l'abstinence.
Je n'ai rien contre l'abstinence hein, en fait je m'en branle.
 
Mais faut quand même voir que ce n'est pas qu'une question de "oui mais on n'est pas des animaux, pas besoin de faire comme ces gays qui couchent à gauche à droite, nous on a des valeurs", non, l'abstinence en conséquence logique, c'est parce que les seuls rapports sexuels catholiques devraient se faire au sein du mariage, entre époux.
 
Mais deux homme ne sauraient être des époux aux yeux d'un catho dogmatique, c'est ça le vrai problème, pas une dissolution des moeurs ou une perte de valeurs, c'est juste que le fondement de l'homosexualité, le sexe et l'amour entre hommes ou entre femmes est inacceptable, même de façon "raisonnable" (et je mets des guillemets, chacun ses valeurs), même maritalement
Alors on n'a qu'à dire que l'abstinence c'est mieux, sans être homophobe hein.
 
Sauf que oui. Dire qu'un couple homo n'aura jamais la même valeur qu'un couple hétéro, quelles que soient tes raisons, c'est de l'homophobie dans le sens où tu hiérarchises les "identités sexuelles" pour placer la bonne vieille hétéro en idéal au dessus des autres
 
 
Bon ma pensée est mal construite, ce que j'essaye de dire, c'est que si tu prônes un retour aux valeurs morales de fidélité, de "un partenaire pour la vie", de "tempérance", de virginité avant le mariage, et que sais-je, ce n'est pas homophobe si tu acceptes dans ta vision du monde qu'un couple homo est à même de représenter ces valeurs et de les vivre
Sauf que le dogme catholique ne permet pas à un couple homo de faire tout ça, sa seule façon convenable de vivre est l'abstinence, et ça revient à dire :
"Je n'ai rien contre les homosexuels, donc je ne suis pas homophobe, mais si vous pouviez éviter de vivre votre homosexualité comme les autres vivent leur hétérosexualité, ce serait bien, merci"
Difficile de ne pas y voir "une remise en question de l'homosexualité"
 
Voilà, pour moi, ça, c'est un discours homophobe et je n'arriverai pas à changer d'avis là-dessus
Modifié en dernier par Créneau le 14 févr. 2014, 15:49, modifié 1 fois.

Avatar du membre
Adhérent
1896 messages

14 févr. 2014, 15:53

Et un exemple d'homophobie dans les "pro mariage pour tous" ?
Alleï une fois !
 
La tapettophobie (j'aime ce néologisme, à égalité dans mon coeur avec follophobie, toujours main dans la main avec la transphobie, bref), c'est de l'homophobie.
Quand j'entendais des promariage critiquer machin ou bidule avec un argument tel que "oui mais bon, les follasses, c'est pas nous hein, si on arrêtait de les montrer aussi, ptetre qu'on aurait une image plus respectable, nous on est biens et on mérite de pouvoir élever des enfants, les freaks peut être pas", et bien oui voilà un beau discours homophobe pim poum, dans la bouche des promariagepourtous pourtant volontiers antihomophobie quand il s'agit de critiquer les cathos d'en face, yay \o/
Modifié en dernier par Créneau le 14 févr. 2014, 15:54, modifié 1 fois.

Avatar du membre
Level 12
210 messages

14 févr. 2014, 16:44

"oui mais bon, les follasses, c'est pas nous hein, si on arrêtait de les montrer aussi, ptetre qu'on aurait une image plus respectable, nous on est biens et on mérite de pouvoir élever des enfants, les freaks peut être pas"
 
Personnellement ce qui me choque c’est qu’on puisse taxer d’homophobe un homo qui dit cela. C’est plus un crétin intolérant qu’un homophobe puisque c’est un mode de vie et pas une sexualité qu’il critique.
 
Après j’ai une âme froide de juriste et je suis du genre pointilleux. C’est l’abus de langage que je critique et pas le fait qu’on puisse faire une critique sur certains propos. Moi-même je ne cautionne pas l’existence d’individus se définissant comme étant gays et catholiques  car qui ne respecte pas le dogme à la lettre ne peut se dire catholique (ça reviendrais à dire qu’on peut être alcoolique sans n’avoir jamais touché à l’alcool de sa vie !).
 
Le problème c’est qu’on crie à l’homophobie là où il n’y a que de la bêtise et de l’intolérance. Traiter ces individus d’homophobes c’est un abus trop facile qui ne ressouda rien car eux-même savent pertinemment qu’ils ne le sont pas (ils prendront la critique comme une incohérence de plus de leurs adversaires idéologiques). On gagnerait beaucoup plus à mettre en évidence leur intolérance qu’à les insulter injustement (même si ça défoule et que ça met, d'une certaine façon, fin à tout débat).
Modifié en dernier par LeConventionnel le 14 févr. 2014, 16:47, modifié 1 fois.

Avatar du membre
Level 16
408 messages

14 févr. 2014, 16:55

L'homosexuel homophobe ça veut dire ce que ça veut dire à mon sens : la phobie, c'est l'incompréhension de quelque chose et donc qui engendre un rejet.
 
un jour, j'ai eu cette conversation :
 
"Lui : T'es gay?
Moi : Oui, mais ça se voit de toute manière
- Moi aussi, tu le vis bien?
- Euh? pourquoi je le vivrais mal
- Bah on est anormaux, c'est une maladie. Je vois des mecs mais je me dégoûte à chaque fois, j'ai envie de pouvoir disparaître tellement je me sens mal dans ma peau, j'aime pas les pédés, les folles là tu vois, les maladies et tout mais toi je te respecte car je sais que t'es un mec bien"
 
J'arrête là tellement ça me fait à nouveau gerber. Y a des homos qui n'aiment pas ce qu'ils sont. Ils ne sont plus dans le déni car leur attirance pour leur même sexe est forte mais en même temps ils se rendent compte (enfin dans leur tête) qu'il y a un problème et ils utilisent des mots qui doivent sans doute dépasser leur pensée car je ne peux pas expliquer ça autrement. 
 
Enfin bon voilà pour moi il ne s'agit pas de cas isolés comme le gay de la MPT, c'est bien quelque chose qui existe.

Level 28
1231 messages

14 févr. 2014, 17:24

Ta démonstration numéro me gène un peu Sanctifer, principalement parce que tu admets que toute personne se réclamant de foi catholique suit absolument les préceptes de l'Eglise Catholique comme dictés par le Vatican. Or la part des personnes se réclamant suivre à la lettre ces préceptes sont minimes. Le principe de la religion (notamment avec la multiplication des divers cultes au sein du christianisme, et notamment du protestantisme), c'est que chacun la vie différemment, même si les personnes se rassemblent autour de valeurs vaguement communes. Ainsi, deux catholiques ne vont pas du tout avoir la même conception de leur religion, de leur foi et des valeurs véhiculées, toutes se plaçant sur un axe en fonction de la position officielle du Vatican.
Du coup, tu pars du principe que des gens ne peuvent pas être catholiques ET ne pas accepter et suivre à la lettre le Vatican... C'est extrêmement réducteur et sociologiquement faux. Ce n'est pas parce que des gens ne rentrent pas dans la checklist "Catholique" qu'ils ne peuvent pas l'être.
D'autant, qu'en plus, en ligne de compte, rentre la distinction "tradition" et "confession".
J'ai beau être du genre précis comme LeConventionnel, cela n'en reste pas moins un fait.
 
De plus, je pense que ce que veut dire LeConventionnel (mais je peux me tromper), c'est que les valeurs auxquelles les gens adhèrent, qu'elles soient moyenâgeuses, tolérantes, libérales, laïques, religieuses, etc. ne sont pas choisies en fonction d'un axe précis (ici les droits des personnes qui ne sont pas hétérosexuelles), mais par rapport à une infinité de concepts et d'éventualités et de situations. Et je comprends quand il dit que c'est réducteur de concevoir les choix de valeurs des gens seulement par rapport à un paradigme proMPT/antiMPT ou proégalité/antiégalité.
Un exemple qui sort un peu de la thématique. Ma coloc est favorable à l'assistance pour la fin de vie et de façon générale considère que toute personne doit pouvoir disposer de son corps comme elle l'entend (sexualité, tatouages, scarifications, etc.). Du coup, transhumaniste que je suis, je lui demande ce qu'elle pense de la possibilité de remplacer des membres du corps, parfaitement fonctionnels par des prothèses, par choix. Et là elle n'est pas d'accord avec cela. Est-ce que cela veut dire pour autant que finalement elle ne pense pas qu'une personne doit pouvoir disposer de son corps comme elle l'entend ? Si on raisonne de façon binaire, elle ne le pense pas vraiment. Mais est-ce que la dimension sociale peut vraiment se résumer de façon binaire, je ne pense pas, sinon la vie serait un milliard de fois plus simple.
 
Après, que LMPT (qui, si vous le lisez se prononce comme "elle aime péter") soit homophobe dans son discours et son argumentation, je pense qu'on est tous d'accord dessus. C'est juste qu'il ne faut pas partir du principe que, parce qu'on semble avoir des arguments à opposer, pour instaurer un dialogue avant l'acceptation de quelque chose, il faut voir cette personne comme un ennemi. Et il y a potentiellement des gens qui sont contre des points des lois passées et plus ou moins prévues, avec des arguments tout à fait entendables qui ne tiennent pas du "on détruit la famille" et "on veut rendre les enfants pédés".
 
Mais je ne suis pas persuadé qu'il soit pertinent d'associer une réalité sexuelle (être gay par exemple) avec un système social et politique de valeurs (être ouvert, être pro/anti, être rétrograde, etc.). Mais bon, j'ai le défaut d'être moralement libéral. ^^

Avatar du membre
Adhérent
422 messages

14 févr. 2014, 18:09

Bah pourquoi elle est contre l'idée de remplacer une partie de son corps par une prothèse par choix ?
ça la concerne pas, elle s'en fout.
 
*n'apporte rien au débat*

Avatar du membre
Level 12
210 messages

14 févr. 2014, 18:49

Je suis plutôt d’accord avec Sanctifer sur la religion. Un catholique ne peut se dire catholique que s’il respecte le dogme. On ne parle pas de choix, on parle de religion : soit on croit en tout soit on ne croit en rien. Choisir par-ci par-là des bouts de religion c’est en créer une nouvelle : n’est pas catholique qui croit que Jésus était merveilleux, que des fantômes hantent la maison de sa tante et qu’après sa mort il sera réincarné en arbre.
Mais c’est vrai que la majorité des gens se construisent une religion à la carte (en France en tout cas). Le fait qu’ils soient catholiques ou non relève du détail et souvent, là encore, de l’abus de langage.
 
Même s’il m’a mal compris, Dr Poney à raison lorsqu’il affirme que les valeurs, croyances idées, opinions… peuvent être incohérentes prises dans leur ensemble.
Moi j’indiquais seulement (et c’est déjà ça) que l’accusation d’homophobie est souvent employée à tort, que s’opposer aux valeurs d’un groupe d’homosexuels n’est pas de l’homophobie au sens strict et que par conséquent la plupart des individus accusés d’être des « homos homophobes » le sont injustement.
 
Concernant ce que tu dis Lemonday la phobie c’est la peur incohérente et non maitrisé plus que le rejet ou l’incompréhension. Par exemple j’ai la phobie des araignées (c’est d’un commun ! ^o) ). Quand j’en vois une je n’ai qu’un désir : qu’elle disparaisse, qu’elle n’existe plus, qu’elle meurt… (paradoxalement je suis végétarien et défenseur des droits des animaux *à Dr Poney ;)* ).
L’homophobie c’est donc la peur de l’homosexualité et la haine qui découle de cette peur. Par extension c’est la haine, la détestation de l’homosexualité et des homosexuels. L’exemple que tu as choisi s’applique, à mon avis, à de l’homophobie. Mais à ce que j’ai vu jusqu’ici dans ma vie, la plupart des homos qu’on traitait d’homophobes ne l’étaient pas. Les individus perturbés par leur identité sexuelle sont peut-être les seuls qu’on puisse qualifier ainsi, mais je doute que ça serve à quiconque, surtout après l’exemple que tu as donné. Et pour le coup ça ne me fait pas gerber mais ça me chagrine. Pauvre homme, ça doit être bien difficile d’être lui :( .
 

Level 28
1231 messages

14 févr. 2014, 19:39

LeConventionnel, tu viens de faire planter mon cerveau avec des données non logiques. T'es fier. xD
 
En fait on n'est pas d'accord, mais on est d'accord entre nous, c'est-y pas beau !




Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1017 invités