sortir avec une personne handicapée

Répondre
Avatar du membre
Level 8
102 messages

25 avril 2017

Bonjour je vais parlez de sujet qui me touche particulièrement.

voila sa fait 4 ans que je suis célibataire maintenant, bon j'était enfermée dans le travail et ma routine quotidiennes.

il i a deux ans j'ai commencez a avoir une perte d'audition je m'en suis pas préoccupée en même temps je ne m'en suis pas rendu compte. c'est mon entourage qui on trouvez sa bizarre du coup j'ai été voir un orl l'année dernière pour faire un point et il c'est avérée que j'ai perdu en deux ans 85% de mon audition donc aujourd'hui je suis sourd je n'entend plus rien s'en appareil.
Quand j'ai eu mes appareils j'ai décidez de faire des rencontres. mais des que je leur disait que j'étais sourd sa les a refroidit bizarrement.

Et vous si vous veniez un jour a tombez sur un homme qui vous plait mais que vous appreniez qu'il et handicapé comment allez vous réagir ???

Avatar du membre
Level 11
200 messages

25 avril 2017

Du coup, dans ton cas, tes appareils te permettent d'entendre correctement ? :)

Globalement, si le mec te plait, que tu le fréquentes, que tu ne t'aperçois pas trop d'un handicap, et qu'il ne le met pas en avant non plus, cela ne change pas grand chose à un début de relation ou une relation tout court je pense. Un peu d'adaptation et de compréhension mutuelle. Et puis j'ai envie de croire que quand on aime, on accepte l'autre comme il est, autant que faire se peut.

Après il y a handicap et handicap... Même si j'adorerais dire, prôner et appliquer le "il faut aimer les gens comme ils sont, tels qu'ils sont", etc., en toute honnêteté, je ne sais pas comment et si je pourrais gérer un gros handicap.

C'est un sujet vaste et compliqué que seules les personnes le vivant au quotidien peuvent décrire... :/ Et chacun a également, je pense, un seuil d'abnégation de soi différent, ce qui fait que certains n'auront aucun souci avec le handicap, et d'autres ne le supporteront pas. Heureusement que nous ne réagissons pas tous pareil :)

Level 9
128 messages

25 avril 2017

En toute honnêteté, j'aurais beaucoup de mal à sortir avec un mec en fauteuil roulant, amputé ou ayant une lourde malformation. En gros, les handicaps qui vont faire que le gars va dépendre en grande partie de moi pour la moindre action quotidienne, m'obligeant à mettre ma vie entre parenthèse. Je sais que je ne le supporterais pas très longtemps même si le mec me plait vraiment beaucoup. J'aime trop ma liberté pour ça. Il n'y aurait rien de plus que de l'amitié.
Quand j'y pense, ça me rend quand même triste pour eux. Ils méritent aussi de trouver l'amour, mais c'est moche de voir que c'est quelque chose de vraiment difficile pour eux à cause d'une très grande majorité de gens (dont moi) que ça bloque... :(

Par contre, les handicaps plus "légers" ne me dérangent pas du tout. Si je rencontre un sourd et/ou muet qui me plait, j'apprendrais le langage des signes si nécessaire. Ça ne serait pas un soucis. Je ne comprend pas trop pour quelle raison ce genre de handicap bloque les gens. ^o)

Avatar du membre
Level 24
894 messages

25 avril 2017

Assez délicat comme sujet. Moi-même je n'ai pas de handicap physique mais une mucoviscidose qui joue forcément un rôle dans notre couple. Je l'ai toujours dit à mes partenaires et je n'ai jamais eu de soucis.
Je pourrais sortir avec quelqu'un qui est malentendant ou sourd. Je pense que je pourrais sortir avec un aveugle. Au delà, je ne sais pas. C'est difficile de répondre sans avoir été confronté à un tel choix.

Avatar du membre
Level 20
596 messages

25 avril 2017

Ça pourrait bloquer certains pour x motif mais soit... Ça fera le ménage automatiquement dans les choix restants.

Je suis partisan du fait d'avoir le même comportement hormis le respect dans la vie civile afin de faciliter les divers accès aux services et autres envers les personnes ayant un handicap.

Avoir un handicap ne veut pas dire être moins que d'autres d'autant que ça peut renforcer la personnalité / réflexion. Et cela ne veut pas dire être également mieux ou plus vertueux que d'autres.

La question ne se pose pas pour moi mais ça pourrait être un frein dans l'appréhension de vivre une éventuelle relation mais pas rédhibitoire.

Avatar du membre
Level 7
71 messages

25 avril 2017

Quand j'étais plus jeune je disais haut et fort que JAMAIS je ne sortirai avec un mec qui aurait un handicap (on est con quand on est jeune) et puis un jour je suis tombé amoureux...

Il était juste parfait, beau, drôle, intelligent, sexy... et, chose que j'ai découvert par la suite, atteint d'une maladie génétique lui provoquant des crises de paralysie. Quand tu fais l'amour et que ton mec se crispe, se paralyse et ne fait plus que des gargouillis en guise de paroles ça fait flipper !

Il s'est calmé, m'a expliqué comme il a pu et nous avons attendu la fin de la crise ensemble... Il s'attendait à ce que je le quitte mais j'étais tellement amoureux. Je me suis surpris à lui dire que je serais là et qu'il pouvait compter sur moi. Il a eu d'autres crises, je l'ai aidé à prendre sa douche, à s'habiller et à se calmer... Il s'est fait opéré, je l'ai accompagné, je l'ai aidé à mangé quand il était paralysé et en sortant il s'est retrouvé avec une cicatrice pas très jolie lui parcourant tout un flanc du dos au ventre et j'ai du encore une fois apprivoiser sa peur.

ce mec à balayé toutes mes convictions sur le handicap. Il faut être fort parce que c'est loin d'être facile, et ça fait fuir. aujourd'hui je bosse avec pas mal de handicapés (ironie quand tu nous tiens lol) et si je ne suis plus avec ce mec, ça n'a rien à voir avec sa maladie. Je reconnais que le handicap fait fuir, que c'est pas évident du tout, mais je suis encore assez niais pour croire que ça n'est pas rédhibitoire !

et s'il m'arrive de le croire de temps en temps, je repense à ce mec que j'ai aimé comme un malade (un peu d'humour lol) et je me dis que c'était l'une de mes histoires les plus fortes :)

Avatar du membre
Level 8
102 messages

25 avril 2017

et non henkil je n'entend plus correctement enfin avec les appareil j'entend un minimum mais je lis surtout sur les lèvres et sa surprend plus d'un.
d'ailleur a l'heure actuel je suis obligée d'apprendre la langues des signes je n'et pas vraiment le choix.

et oui je comprend aussi les appréhension et c'est pas facile tous les jours je vois a mon boulot les client galère a me faire comprendre se qu'il veule mais on i arrive quand même.

et je peux comprendre que certaine personne on du mal a vivre avec une personne handicapée j'y vois dans la vie de tous les jour avec mes voisin mes amis cet pas simple ni pour eux ni pour moi.

donc j'espère qu'un jour une personne pourra passez au dessus de sa.

Avatar du membre
Level 20
596 messages

26 avril 2017

Heureusement que quelqu'un pourra dépasser ce contexte sinon ce serait quand même bien triste.

Après pour le travail est ce que tu pourrais remplir d'autres fonctions qui nécessiteraient moins d'implication directe (?) le temps notamment d'apprendre la langue des signes.

En tout cas renseigne toi bien niveau suivi, prise en charge et sécurité sociale. J'espère que ton employeur ne t'embête pas sur ce point.

Bonne nuit ~

Avatar du membre
Level 8
102 messages

27 avril 2017

si justement il très chiant sur sa.
il a essayez de me faire virée pour sa d'ailleurs j'ai une collègue qui lui adit qu'elle apprendrais la langue des signes pour m'aidez du coup sa c'est passez et oui j'ai des aides comme l'eurapéda qui ( aide les sourd et muet) dans la vie de tous les jours.
et du coup cotez boulot je devrais avoir un poste aménagée.
Mon patron ma avouée aujourd'hui que si il voulait me virer. car il ne voulais pas aménagée un poste pour une personne handicapée.
du coup il a pas eu trop le choix sinon il était dans la galère.

et d'un cotez je peux comprendre les mecs qui se pose des question la dessus cet vrai que sa demande de s'impliquez et que sa soit pas facile.

Avatar du membre
Level 20
596 messages

27 avril 2017

Euu je pense que c'est parfaitement illégal et discriminant de virer quelqu'un car il développe un handicap.

D'une part parle en a ton médecin généraliste afin qu'il rédige une lettre à la médecine du travail.

Bien sûr tu en fais une photocopie pour toi.

Ensuite tu exposes ton cas et les menaces subies au médecin du travail tu demandes qu'il consigne l'historique dans ton dossier et n'hésite pas à en rajouter niveau impact psychologique, fatigue etc.

Tu te rapproches des délégués du personnel.

Et après eh bien tu dis à ton cher boss que tu l'assigne au prud'hommes s'il ne se calme pas et que tu fera écho et dans les médias et les réseaux sociaux de ses pratiques.

On aura tout vu quel patronat de merde ! Tu dois subir une double peine que neni inverse la pression.

Courage !

Avatar du membre
Level 39
2301 messages

29 avril 2017

Je suis sorti pendant quelque temps avec un mec qui , contrairement à toi Ptitdjo, était sourd (et muet) depuis sa naissance. donc il a depuis son plus jeune age, appris géré le regards des autres, et faire avec.
La relation était particulière par rapport aux autres que j'ai eu, la communication est totalement différente. Mon cerveau était toujours au taquet avec lui car pour avoir une conversation digne de se nom j'étais obligé de totalement repenser mes phrases, parce qu'il fallait que soit je mimes , soit que je l'écrive, soit que je parles doucement devant lui pour qu'il lise sur mes lèvres. Dans tout les cas il fallait que je fasse des phrase courte et concise. A l'époque j'avoue qu'il y avait une certaine frustration, parce que je ne pouvais pas vraiment dire tout ce que je voulais ou à la vitesse que je voulais ! .... Mais je n’étais pas pour autant malheureux ! non du tout! On ne s'est pas séparé a cause de cela, juste parce qu'on avait des visions différentes du couple et de nos vies...

Si on prend du recule, on a tous nos défauts , nos travers, qui au final peuvent être beaucoup plus handicapant pour un couple qu'une simple surdité... par exemple l'orgueil démesuré, la jalousie, etc....

Avatar du membre
Team Next Gaymer
746 messages

01 mai 2017

Lake, en général, il arrive effectivement que des personnes soient licenciées à cause de leur handicap qui est apparu. Il y a des excès bien sûr, qu'il faut combattre. Mais parfois tu n'as pas le choix. Si une personne occupe une fonction et que son handicap la rend subitement incapable de remplir cette fonction, et qu'aucune autre fonction ne correspond à ses compétences, que veux-tu faire? Imaginons un laboratoire scientifique avec une personne qui est à la réception et qui devient sourde. Comment cette personne peut-elle encore assumer sa fonction? Son handicap va automatiquement l'empêcher de remplir sa fonction et elle ne pourra pas en remplir une autre puisqu'elle n'est pas scientifique. C'est triste mais c'est ainsi.

Je pense qu'à ce niveau, il faut réussir à "trouver" des fonctions pour lesquelles un handicap ne sera justement pas bloquant. Dans mon entreprise nous avons un gars qui a un déficit mental mais à partir du moment où tu lui donnes une fonction précise et que tu ne le fais pas en sortir, ça ne pose pas de soucis.

Au niveau relationnel, je trouve bien évidemment ridicule de rejeter quelqu'un en fonction d'un handicap. Ca peut nous arriver à tous. Et c'est déjà assez dur comme ça pour la personne qui subit ce handicap.

Au niveau amoureux, c'est bien sûr plus compliqué. Le handicap peut avoir un impact sur la vie de couple. On accepte ou on accepte pas. Certains peuvent le gérer, d'autres pas. Mais effectivement si la personne te plait, que le contact passe bien, qu'on a des passions communes, etc, c'est une difficulté à surmonter mais cette difficulté est-elle plus dure à surmonter qu'un autre trait de caractère ? (comme l'explique bien Viggen). Je ne pense pas mais c'est à voir au cas par cas.

A ce niveau-là, je ferais une distinction entre le fait de développer un handicap quant on est déjà en couple, ou avant d'être un couple. Le premier cas sera je pense moins difficile que le second, car le contact est déjà établi; alors que dans le second, le handicap pourrait être une forme de frein à la rencontre.

En tout cas, à titre personnel, je crois que j'aurais bien plus de mal à accepter mon propre handicap, que l'handicap d'un autre.

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité