L'asexualité

Avatar du membre
Level 11
200 messages

09 mars 2017

Nope, c'est ce que je constate au quotidien, avec tout le drama qui va avec :) à peine exagéré... Après, je suis entouré de princesses parisiennes et certains clichés sont de bonnes grosses vérités ;)

Avatar du membre
Level 24
894 messages

09 mars 2017

Henkil a écrit : Nope, c'est ce que je constate au quotidien, avec tout le drama qui va avec :) à peine exagéré... Après, je suis entouré de princesses parisiennes et certains clichés sont de bonnes grosses vérités ;)
Donc parce que tu constates un phénomène, ça vaut une vérité ? Déjà sur le sujet couple libre tu prétendais que les mecs gays étaient tous infidèles, fous de sexe, incapables d'être en couples. Maintenant, ce sont les meufs que tu caricature. Si ces propos venaient d'un hétéro, ce serait homophobe et sexiste. Tu peux pas généraliser parce qu'il y a autant de comportements qu'il y a d'individus.

Avatar du membre
Level 11
200 messages

09 mars 2017

Donc je ne peux rien dire, sauf si cela valorise tout le monde et même si ce sont des comportements que je constate au quotidien parce que la caricature est devenue un tabou total :)

Et oui, le fait d'être moi-même gay me permet de constater des choses sans tout de suite être crucifié sur la place pour homophobie. Constater n'est pas juger, et avoir un avis n'est pas condamner. Encore une fois, je n'exprime que mon avis. Ce n'est pas parce qu'on fait partie d'un groupe qu'on doit automatiquement tout trouver merveilleux et tolérable ou normal.

Moi, perso, j'adore voir les nanas être des princesses et les mecs leur courrir après et leur passer tous leurs caprices pour obtenir (ou espérer obtenir) leurs faveurs. Je dis juste que je suis content d'être gay du coup, j'ai pas trop à faire ça :D

Avatar du membre
Level 18
519 messages

09 mars 2017

assra a écrit : Si ces propos venaient d'un hétéro, ce serait homophobe et sexiste. Tu peux pas généraliser parce qu'il y a autant de comportements qu'il y a d'individus.
Ouaip, tout le monde est choqué par tout et n'importe quoi... C'est assez fatiguant à la longue...


Sinon, j'suis assez curieux aussi de voir si l'asexualité est totale, ou si ça ne concerne vraiment que la vie sexuelle avec quelqu'un d'autre... Ou si les reflexes sexués disparaissent aussi avec cette situation (genre, la gaule du matin, ou celle qui vient comme ça, au moment où il faut pas, toussa...)

Avatar du membre
Level 9
128 messages

09 mars 2017

Assra est peut être dur à ce sujet mais je vois ce que tu veux dire Henkil, il faut juste que tu mettes de l'eau dans ton vin car c'est vrai que ce que tu peux écrire peux être perçu comme un jugement et être offensant (Moi en tout cas c'est ce que j'ai ressenti... Un bon nombre de fois il a fallu que je relise tes messages plusieurs fois pour que je comprenne ce que tu voulais dire)

Josko le souci c'est que l'asexualité bien que méconnue est difficilement quantifiable vu qu'on en parle jamais.
pour avoir un ami asexuel il n'as jamais eu d'envie sexuelle mais ça ne l’empêchais pas de tomber amoureux.

Avatar du membre
Level 10
151 messages

10 mars 2017

En tout cas, merci d'avoir ouvert le topic. Pour être tout à fait franc avec toi MaouMomo, je ne savais même pas que ça portait un nom. On peut considérer que nous sommes riches de toutes nos différences @onion20@ Il y en a pour tous les goûts !

A titre perso, je ne considère pas le sexe comme étant l'un des piliers fondateurs du couple. I used to, but not anymore. Je ne rejette pas complètement l'idée qu'un jour je puisse tomber amoureux et tenter quelque chose avec un mec qui soit asexuel.

Je pense que quelqu'un qui est 'compatible' sexuellement et qui a les mêmes envies que toi, c'est comme quelqu'un qui partage les mêmes intérêts ou passions, c'est un gros plus. Si ce n'est pas le cas, tu ne perds rien à lui faire découvrir ce que tu aimes :
- Au mieux, il va y prendre goût et partager ça avec toi,
- Au pire, vous vous respectez l'un l'autre et trouvez une alternative (comme MaouMomo et son copain l'ont fait).

Avatar du membre
Level 11
200 messages

10 mars 2017

Perso, pour parler (encore) de mon histoire, mon ex avait des besoins limités et c'était pas plus mal. Quand on faisait l'amour, on le faisait, c'était fusionnel, passionné, intense. L'espacement des rapports les rendait forcément plus importants, désirés et appréciés. Il m'a souvent décrit ses précédentes rapports avec ses précédents mecs comme mécaniques, (très) réguliers et par conséquent s'était assez vite lassé. Il avait du coup développé une sorte de rejet du rapport trop régulier ou "hygiénique" (plusieurs fois par jour, par pulsion... passe encore quand on vient de se rencontrer, mais au bout de 9 ans...).

L'important c'est de comprendre que l'autre n'est pas là pour satisfaire nos besoins égoïstes (genre "j'ai de gros besoin, tu es mon mec, tu dois passer à la casserole, sinon...") et que l'équilibre peut-être trouvé sans que l'un ou l'autre doive subir ce qu'il n'a pas envie de subir. Le souci aujourd'hui c'est que les gens ne savent pas gérer la "frustration". Si l'autre est pas dispo, fatigué ou n'a pas envie, cela ne veut pas dire que tout est fini ou qu'il ne vous désire plus. Juste qu'il n'a pas envie, aujourd'hui ou pendant une période. Cela ne veut pas dire qu'il va ou ira voir ailleurs ou qu'il ne vous aime plus. Je ne conçois pas de me dire "je t'aime, tu es l'homme de ma vie, mon compagnon, mais comme je peux pas faire le sexe avec toi quand je veux, je te quitte parce que, wahou, le sexe est tellement plus important que toi, notre complicité, nos moments, notre tendresse, tout le reste quoi :D".

Avatar du membre
Team Next Gaymer
746 messages

11 mars 2017

J'avoue Henkil que je trouve aussi que tu as souvent tendance à généraliser ce que tu vois autour de toi. La vie c'est rarement blanc ou noir. Ce n'est pas parce que tu rencontres un certain types de personnes, que cela s'applique à tous.

Je connais bon nombre de filles qui sont véritablement géniales et que j'apprécie beaucoup, et qui sont tout l'inverse de ce que tu décris.

Oui, il y a aussi des filles insupportables, et j'en connais aussi... Mais c'est pareil chez les mecs!

Pour en revenir au sujet, je pense qu'un homme "asexuel" n'est pas moins intéressant qu'un autre. Au final, tu sais que s'il t'intéresse à toi, c'est pas juste pour en arriver à la relation sexuelle. Parce que je pense qu'avec le temps, cet aspect devient moins important dans un couple. Quand la routine s'installe, il faut justement avoir une complicité avec son mec. Et s'il parvient à te combler sur tous les autres points, il est l'homme à garder près de soi !

Avatar du membre
Level 7
77 messages

12 mars 2017

Mon frère a été asexuelle et je dis bien "été" après peut être que je me trompe n'hésiter pas a me reprendre.

Sa remonte a son ex qui avait un handicape (Un vrais thon au passage) avec qui ça a durée 3ans et vivait ensemble, pour évité de rentré dans les détaille sordide sa dégénéré mon frère a très mal vécu cette histoire. Alors quand il rencontré sa nouvelle copine mon frère a avoué ne plus éprouver de désire sexuel et que c’était compliqué pour elle qui avait désires.
Bon finale ça ses arranger pour mon frère puisque depuis une semaine il est jeune Papa^^ Et ces forcement son fils puisque quand le mignon trognon petit monstre Pète et Rote comme son père.^^

Sa peut être psychologique pour certain cas comme mon frère.?

Avatar du membre
Level 11
199 messages

13 mars 2017

Je ne sais pas si c'est psychologique ou autre chose, mais beaucoup ne ressente pas l'envie ou le désir d'avoir une relation avec une attirance sexuelle ^^.

Avatar du membre
Level 14
293 messages

22 avril 2017

@MaouMomo, on peut faire un sujet sur le lien entre relation amoureuse et attirance sexuelle. AHAHAH
Je crois que ça existe, il me semble avoir évoquer mon avis.

Concernant l'asexualité, j'y ai fortement pensé lorsque j'étais ado. Je n'avais aucune envie de vivre une relation sexuel, limite j'en avais peur. Et je me posais énormément de question à ce propos, si c'était normal ou pas, surtout lorsque tout tes amis parlent de drague et de leur expérience... Enfin au final je ne le suis pas.
A mon avis, ce n'est pas plus normal ou anormal que n'importe quel autre qualificatif décrivant un humain.
Je trouve dommage que les médias d'infos ne l'évoquent pas.

Pour ceux qui souhaite retrouver une communauté asexué : fr.asexuality.org/

Avatar du membre
Level 13
249 messages

07 mai 2017

La société a toujours plus ou moins gravité entièrement autour du pouvoir (politique/mystique), de l'argent et du sexe. Le sexe est devenu d'ailleurs un élément primordial omniprésent dans notre culture : type de pratiques faites, taille des attributs, endurance ou fréquence des rapports, ... tout est fait pour qu'une personne n'entrant pas dans les critères minimums véhiculés un peu partout de nos jours se sente coupable, jugée, voire profondément malade. Dans ce monde où la moindre chose est considérée comme liée au sexe (merci Freud), une personne ne vivant pas d'attirance ou de pulsions envers autrui est immédiatement incomprise, marginalisée. "Forcément, elle a un problème, elle n'est pas normale". Et le cliché absolu : "elle n'a pas encore trouvé LA bonne personne". Pourtant, tout comme il existe des personnes tout particulièrement portées sur les plaisirs de la chair, d'autres sont tout aussi naturellement détachées de ces envies (préférant par exemple se "faire plaisir" seul(e) pour se libérer d'un stress). Tout comme il existe un panel de nuances entre ces deux opposés, sans que l'on soit ni l'un ni l'autre.

J'ai mal au coeur pour toutes ces personnes, hommes et femmes, qui de part leur sexualité/asexualité tout ce qu'il y a de normale et naturelle pour eux/elles, se sentent mal dans leur peau, et se forcent à entrer dans un moule de relation conjugale qui ne leur sied pas. Et ainsi de vivre dans le tourment de se sentir misérables, responsables, "améliorables", alors qu'ils/elles sont parfaitement sain(e)s. De plus, notre société leur envoie l'image menaçante d'une fin solitaire, entouré d'animaux par report d'affection humaine : de quoi terrifier les asexuels qui majoritairement se forceront "au lit" autant que possible (et aussi longtemps que possible) pour former un couple "standard" avant que tout ne cède sous le poids des efforts unilatéraux. Mais comme l'a dit "PommeFraise", à l'ère du Net des groupes d'asexuels se sont formés (excellent site et forum francophone), et il est maintenant possible de ne plus se sentir seul, voire même de ne plus s'imaginer nécessairement finir seul. Et plus le sujet sera traité avec respect et intelligence, et plus l'image des asexuel(le)s sera comprise et intégrée dans notre société. De quoi permettre à ces personnes injustement mal dans leur peau d'enfin apprendre à se connaître et s'accepter telles qu'elles sont.
Modifié en dernier par YAZ le 08 mai 2017, modifié 1 fois.

Avatar du membre
Level 6
65 messages

07 mai 2017

Hum Akhaten a déjà parlé de la notion d' "attraction romantique" qui est plutôt importante (ce qui implique aussi qu'il y a une "attraction sexuelle") donc un point de moins à évoquer. D'ailleurs il existe toute une nouvelle batterie de termes qui servent à définir tout un chacun puisque les deux se veulent non binaires, dans une sorte de triangle ou les nuances vont se succéder (les termes aromantiques, demiromantique qui sont donc différents de asexuel et demisexuel mais ce ne sont que des exemples parmi tant d'autres.)

En continuant sur le vocable j'aimerais préciser que j'ai pu voir le terme d'"asexués" utilisé dans vos messages Yaz et PommeFraise, et je dois admettre ma confusion, parlez-vous toujours d'asexuels (l'orientation sexuelle) ou voulez-vous vraiment parler d'asexués (ce qui implique ici une absence du genre iel se définissant comme non appartenant(e) à un genre précis) ?

Avatar du membre
Level 4
31 messages

14 mai 2017

Pour moi l’asexualité c'est une orientation sexuelle consciente ou non pour lequel les personnes n'ont pas d'attirance sexuels et ne sont pas sensible à l'excitation sexuel. On peut avoir deux cas, soit par choix dans ce cas la c'est une abstention soit par un mécanisme naturel qui est du coup pas un choix puisque la personne en question ne ressent pas de désire.
Cependant ça n’empêche pas d'avoir des relations intimes, être en couple ne veut pas forcément dire pratique sexuelle.
J'aimerai beaucoup comprendre comment cela est il possible de pas avoir de désir sexuel, le corps est une interface de communication incroyablement riche et grâce à ça nous sommes capable de comprendre et sentir l'univers. Je pense qu'il faut essayer d'exploiter son corps d'une autre façon, avec une approche différente sans que ça soit sexuel, avec quelqu'un digne de confiance.
L'abstention c'est bien, mais il faut s'ouvrir aux opportunités car avec le temps il sera trop tard de profiter de notre corps tant qu'il marche (aimer quelqu'un, donner sa confiance, avoir du plaisir sexuel avec une personne)

Avatar du membre
Level 11
199 messages

30 mai 2017

Darkeli a écrit : Pour moi l’asexualité c'est une orientation sexuelle consciente ou non pour lequel les personnes n'ont pas d'attirance sexuels et ne sont pas sensible à l'excitation sexuel. On peut avoir deux cas, soit par choix dans ce cas la c'est une abstention soit par un mécanisme naturel qui est du coup pas un choix puisque la personne en question ne ressent pas de désire.
Cependant ça n’empêche pas d'avoir des relations intimes, être en couple ne veut pas forcément dire pratique sexuelle.
J'aimerai beaucoup comprendre comment cela est il possible de pas avoir de désir sexuel, le corps est une interface de communication incroyablement riche et grâce à ça nous sommes capable de comprendre et sentir l'univers. Je pense qu'il faut essayer d'exploiter son corps d'une autre façon, avec une approche différente sans que ça soit sexuel, avec quelqu'un digne de confiance.
L'abstention c'est bien, mais il faut s'ouvrir aux opportunités car avec le temps il sera trop tard de profiter de notre corps tant qu'il marche (aimer quelqu'un, donner sa confiance, avoir du plaisir sexuel avec une personne)

J'aime beaucoup ton point de vue ! En effet, beaucoup se disent de nos jours car ils ont eus une mauvaise expérience avec un de leur partenaire à une époque de leur vie, et de ce fait, ils ne désirent plus pratiquer d'activité sexuelle, que ça soit en ayant des sentiments ou non.
Après, comme je l'ai dit plus haut, l'attirance sexuelle n'est, à mon sens, pas obligatoire pour bien vivre en couple avec une personne.

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité