L'amour et la cigarette

Avatar du membre
Level 19
545 messages

15 janvier 2015

Je pense que tous les fumeurs ont essayé de réduire la cigarette progressivement, et au final sans véritable succès - c'est à dire sans arrêt final.
En fait, la dépendance et le manque, s'ils existent, sont finalement assez faibles au niveau du ressenti. Le fumeur pourrait tourner à 5 cigarettes par jour au lieu de 20, ou même à une tous les trois jours, mais il sera juste frustré.
Le truc c'est que fumer devient un besoin physiologique, mais sans réelles conséquences. Si tu as soif, au bout d'un moment tu n'arrives plus à parler parce que ta gorge et ta bouche sont sèches. Si tu as envie de fumer, au bout d'un moment bah... en fait rien ne change vraiment, tu ne deviens pas violent, tu as toute ta tête, tu arrives a discuter, à penser. Ok tu es stressé, tendu, mais c'est totalement gérable.
 
Par contre, à chaque fois que tu fumes, tu combles le besoin et tu relances sa création, à savoir la prochaine fois ou tu vas ressentir que le besoin n'est plus comblé.
 
Les vidéos d'Allen Carr expliquent vachement bien la façon dont le tabac et la nicotine fonctionnent. Mais, elles sont dirigées vers des fumeurs avec comme postulat qu'elles vont les faire arrêter de fumer. Du coup il y a un petit coté répétitif voire sectaire, qui peut amuser ou agacer. Et possible qu'un non fumeur se fasse chier en regardant ça (d'autant que ça dure une bonne heure).
 
En voici une par ici
Modifié en dernier par Oulanbator le 15 janvier 2015, modifié 1 fois.

Level 12
213 messages

16 janvier 2015

Alcazar1313 : Plutôt que de dire "désaccoutumer" il faut plutôt dire "désintoxiquer". Même si psychologiquement, le geste devient une habitude, c'est surtout physiologiquement que ça se passe. Comme je l'ai dis, plus tu créé de récepteur, plus ton corps va en demander (c'est le même principe que toute dépendance biologique, comme l'alcoolisme.).
Ce que je vais dire va contredire Oulanbator, puisque je pose plus le postulat biologique de la chose. Au début d'un sevrage de nicotine, le manque se fait violemment sentir (c'est aussi du aux additifs contenus dans le tabac.). L'individu va se sentir mal, stressé, devenir irritable, voire devenir violent (Ça sent à peine le vécue ^^). On peux aussi observer une augmentation de la température du corps, un cœur qui bat plus vite, et de la sueur. C'est normal, les récepteurs demandent à être comblés. Plus le temps passe, plus le corps élimine des récepteurs devenus inutiles ( dans ce cas, les récepteurs à nicotine vont être éliminés, mais plus lentement que la vitesse à laquelle ils ont été créés, cela peut prendre plusieurs mois.). Plus l'individu résiste au manque, moins il le ressent. Donc oui c'est possible en éliminant progressivement, mais le problème vient du fait que tu continues à créer et à combler des récepteurs et donc que tu relances le phénomène de manque comme le disait très justement Oulanbator. Les traitements les plus durs sont souvent les plus efficaces, comme l'arrêt total du tabac. Toutefois les médecins recommandent les substituts comme les patchs, qui diffusent de la nicotine pure, sans additifs, ce qui enlève l’accoutumance du geste (car le corps finira par associer le besoin biologique au geste physique.).
Mais ça demande une volonté de fer, puisqu'il faut aller contre son corps. Et plus on fume depuis longtemps, plus c'est dur d'arrêter, car un corps habitué à la nicotine depuis 40 ans tolérera moins bien le manque que celui qui la connait depuis 1 an. Ça peut devenir plus vital que la vie. (un exemple très concret, les personnes ayant subis une trachéotomie et qui continuent de fumer à travers le tube qui leur sert à respirer.)

Level 20
639 messages

19 janvier 2015

Pour ma part la fumée me dérange pas (je suis fumeur donc bon...). Par contre je ne compte pas du tout arrêter, pour moi fumer et boire un verre c'est la même chose au final, le même plaisir. Je trouve que les gens (en général, je parle pas des gens d'ici) critiquent énormément la cigarette et ses effets. Sauf que si (comme moi) les fumeurs ne dérangent pas les autres avec leur fumée, je vois pas en quoi c'est leur soucis. Pour la vraie question du sujet, dans le couple et tout, je pense que les deux doivent faire des efforts, c'est un peu triste de se limiter à un détail comme ça. Après je comprends, la cigarette peut être un tue l'amour, comme les poils ou le poids pour certains.

Level 8
103 messages

20 janvier 2015

Je rejoint Asga sur le sujet je fume de manière régulière dans la vie de tous les jours je me prend des pique genre sur une ligne de RER en extérieur alors que je suis a 40 metre de chaque coté de toute personne pouvant ne as aimé la fumée on ce déplace pour venir m'emmerder comme si j’étais un lépreux au moyen age.
 
Apres dans la vie de couple je suis pour faire des efforts genre fumé dehors (car en solo je fume beaucoup devant le PC pendant que je joue) mais apres il ne faut pas non plus poussé mémé dans les ortie comme on dit les compromis vont dans les deux sens 

Level 3
12 messages

12 mars 2015

Mon ex est fumeur.
Après notre séparation, j'ai cru que son odeur me manquait. Puis, je me suis rendu compte que c'etait la nicotine dans sa salive et sur sa peau. :D

Avatar du membre
Level 15
334 messages

29 juin 2015

Mes deux premiers ex étaient fumeur. Du coup, oue... la clope c'était "leur odeur". Et puis j'ai découvert les joies d'être intime avec un non-fumeur  :gaga:
Et puis bon... outre le désagrément olfactif, y a surtout la mise en danger de SA et de MA santé ! Sans oublier l'aspect psychologique : c'est absolument pas agréable de voir quelqu'un à qui l'on tient, se ruiner la santé sous ses yeux, sans qu'on puisse l'en empêcher vraiment...
S'ajoute du coup un autre événement : l'éventuel tentative d'arrêter... que ce soit "pour l'autre", "pour soi-même", ou un mixe des deux +/- conscient, le résultat, c'est de la tension dans la relation...
 
BREF... un mec fumeur, il a intérêt à avoir des putains de qualités à côté pour compenser ! x_X Parce que sinan, c'est carrément un turn off :O
"If you can't love yourselves, how the heeeeell can you love somebody else? Can I get an [Gay Man] up in here?"
Image

Avatar du membre
Level 24
856 messages

30 juin 2015

pour ma part tans que le mec me respecte en ne fumant pas devant moi et fait l'effort a ma sensibilité par rapport au odeur de tabac ça me dérange pas, apres je ne suporte pas le tabac et je le sent directement quand quelqu'un viens de fumé et cette odeur me dégoute legerement mais je supporte. Et n'essayer pas de me tenter a fumé quoi que ce soit vous vous heurterez a un mur d'acier  forgé j'ai suporter pendant 18 ans un membre de ma famille qui fumait et ça m'a toujours dégouté a vie.

Level 6
64 messages

30 juin 2015

Pour ma part je fume depuis des années et je rêve de m'en débarrasser !! Je me rend compte a quel point cela peut être désagréable , donc pour mon homme (sachant qu'il n'est pas fumeur ) même si la cigarette ne le dérange pas , j'ai décidé d'essayer d'arrêter ça va être dur mais je pense que l'envie de lui faire plaisir va m'aider grandement sans parler des économie et de la santé , pour certain je sais a quel point c'est dérangeant mais NON les fumeurs ne sont pas des pestiférés , ont as juste été faible a un moment de de notre vie , ou ont as juste voulu s'intégrer a un groupe , certain en sont ravie et d'autre comme moi ce battent pour s'en sortir ..... PS: pour tout ceux qui tentent je vous souhaite tous le courage du monde <3 ;)

Avatar du membre
Level 24
856 messages

30 juin 2015

tout est question de volonté, fait toi aider si possible sert toi te ton homme quand il te voit avec une clope qu'il te dise" hep hep stop ! " même chose pour tes amis et ta famille ( Renyu si tu me lit volle lui ces clopes x) ) apres j'ai remarquer que tu avais la cigarette electronique, prend la plus  et zape les clopes  un amis a réussit grace a ça et en plus tu n'aura pas l'odeur désagréable qui s'impregne 
 
je te souhaite bon courage Kaz ne lache rien et des que tu voit un paquet de clope tu ne le regarde pas x) 

Avatar du membre
Level 11
200 messages

24 mai 2017

Hakim a écrit : Est ce que la cigarette vous gêne dans une relation ? Est-ce un critère ?
Ha Ha Ha.
9 ans de relation.
Mon ex a tenté à 2 reprises d'arrêter. Pour lui, pas pour moi. Au départ, on va dire les 3 - 4 premières années, cela ne m'a pas dérangé, je ne l'ai pas trop senti. La première fois, il a pris du Champix, et on a subi pendant près de 3 mois des suées nocturnes, des cauchemards de ouf, et autres effets secondaires... Passons, quand on aime, on compte pas @onion16@ Quelques mois après avoir réussi à arrêter, Monsieur s'est dit en soirée qu'en griller une pour le fun, ça n'engageait à rien. Hop, on repart (en fumant en secret on ne sait pour quelle raison pour finalement me l'avouer en mode trop honteux alors que... OSEF quoi @onion16@ ) 1 ou 2 ans après, il décide d'arrêter à nouveau. Patchs et gommes. Puis rebelotte, ça repart.
Il y a 2 - 3 ans, l'odeur a commencé à me gêner. Je ne sais pas d'où cela est venu, mais il a sérieusement commencé à avoir mauvaise haleine, notamment la nuit (quand par exemple on se retrouvait face à face et qu'il me respirait au visage). J'ai commencé à me focaliser là-dessus, et à sentir le tabac sur ses vétements, ses cheveux, un peu partout. Et les bonbons à la menthe n'arragent rien, voire empire la chose. L'embrasser au bout d'un moment était même compliqué parce que j'avais le goût et l'odeur sur lesquels je me focalisais puisque cela m'était désagréable.
Sans compter ces innombrables moments où il a fallu l'attendre pour qu'il fume avant d'aller au resto, au ciné, à la gare, sur un parking avant de prendre la voiture, à l'aller, au retour, tous ces moments dédiés à la cigarette qu'un fumeur semble adorer, mais qu'un non fumeur accompagnateur subit. J'ai sincèrement eu l'impression au bout d'un moment que la cigarette régissait ma vie. Nos repas, regarder un film, faire quoi que ce soit à deux était régi / dépendait de "on commence dans 5 minutes, faut que je m'en grille une"... Faire un donjon ou un raid dans FFXIV était soumis à "attendez, LOL, faut que je m'en grille une".
A noter que, sachant que cela me gênait, il n'a jamais arrêté. Par contre, des critères comme avoir les chicots noirs ou qu'un potentiel plan cul puisse être rebuté, ça ça l'a encouragé à arrêter ;D

Heureusement, sachant que cela me génait et que j'étais non fumeur, il a toujours fumé à l'extérieur. Au moins, l'intérieur de l'appart et de la voiture n'embaumaient pas la cigarette xD

Est-ce un critère pour moi aujourd'hui ? Non, pas forcément. Mais j'aurais toujours peur de ce phénomène de rejet lié à l'odeur ou au goût...

Avatar du membre
Level 7
74 messages

24 mai 2017

Mouarf Henkil c'est un chouette portrait de ton ex que tu nous fais depuis quelques temps :lol:
C'est à se demander comment ça ne s'est pas fini plus tôt c't'affaire @onion21@ Bref.

Je n'ai jamais eu de compagnon fumeur pour ma part.
Mais vu comme le moindre filet de fumée me fait tousser, ce serait... mal engagé on va dire.
L'odeur en elle-même (haleine) ne m'a jamais trop dérangé, mais au final je ne peux même pas être sûr, n'ayant jamais eu l'occasion de m'approcher de la glotte d'un fumeur à moins d'1m50 ou 2m.

Avatar du membre
Level 5
41 messages

24 mai 2017

Personnellement, plus que l'odeur ce serait les implications santé qui rendraient une relation avec un fumeur pas impossible mais très compliquée. Quand on voit les dégâts monstrueux que cela peut occasionner (cancers en tout genres, BPCO, et ce ne sont que la partie émergée de l'iceberg) je vivrais dans la peur constante de voir mon (très hypothétique soit dit en passant) copain affecté par ces cochonneries.

Pire encore, la cigarette c'est quand même un sacré budget. Payer pour se ruiner la santé, c'est tout un concept.
Image

Avatar du membre
Level 7
72 messages

25 mai 2017

Perso, j'ai beaucoup de mal.

1. Si tu te justifies tout le temps avec des prétextes stupides, ça va pas être possible. Quand tu fais une connerie tu l'assumes pleinement, cigarette comprise.

2. Si tu fumes proche de moi en intérieur, j'écrase ta clope dans ta main puis ton œil si tu continues. C'est ton choix de te tuer et de puer, pas le mien.

3. Tu te laves les dents ou prends un truc avant de m'embrasser sinon c'est MORT.

4. Je supporte pas les gens qui fument trop. Les dents pourries c'est pas mon truc.

Ouais je suis chiant et dur mais je supporte vraiment pas.
Image

Avatar du membre
Level 10
150 messages

25 mai 2017

je n'aime pas le tabac

j'ai toujours trouvé que l'odeur était désagréable (et beaucoup d'adultes fumaient beaucoup quand j'étais plus jeune...il n'y a pas si longtemps @onion9@ )

...et un jour ma mère m'a forcé à goûter "pour pas que je meurs idiot" qu'elle disait

POUAH L'HORREURE @onion13@
j'ai mangé deux barres chocolatés pour faire passer le goût
j'ai eu l'impression que ma gorge et ma langue brûlaient
c'était atroce

alors dans l'idéal pas de clope du tout
si il fume à petites doses et qu'il s'arrange pour que ça ne m'infecte pas c'est très bien aussi

Par contre si il fume plus qu'un pompier en chaleur même si il fait des efforts...je crois que ça finirait par m'énerver (genre l'ex copain d'Henkill)
non parce que...toujours attendre et passer après la cigarette...merci mais non merci

...

et quand j'écris ça je peux m'empêcher de comparer les gros fumeurs aux petits enfants quand, tout sourire, ils viennent vous voir pour vous dire un truc du genre "je t'aime plus que le Kiri" @onion15@

Avatar du membre
Level 15
334 messages

25 mai 2017

De base, et par mes expériences passées, le facteur "fumeur" a forte vocation à être rédhibitoire pour moi. Mon 1er copain était fumeur, la découverte du 1er baiser était merveilleuse, et... le 1er baiser "non-clopé" fut une 2nde REdécouverte ! xD Le retour en arrière, je l'ai fait une autre fois, c'était avec un mec qui s'était arrêté peu de temps avant notre rencontre, avait repris, se prenait le bec avec ses proches à cause de ça (bien qu'in fine, la rupture fut motivée par d'autres raisons connexes).

BREF: peut-être en "un peu plus diplomate" et mesuré, je partage les avis de mes VDDs vis-à-vis du tabagisme, d'ailleurs, je n'ai aucun ami proche qui est fumeur - juste quelques "pièces rapportées".

Je pense surtout que sur le long-terme, je vivrais assez mal de voir quelqu'un "user sa barre de vie" alors que j'y tiens ! :O

CELA DIT, sans rentrer dans de la psychanalyse de bas-étage, je pense qu'on a tous une part de pulsion auto-destructrice, qu'elle se manifeste par le tabagisme ou autre chose... quand je pense à mes doigts, et combien j'peux massacrer la peau autour des ongles en période de stress, je ne peux que dénicher un peu d'empathie pour cette sale habitude que constitue le tabagisme.

Avatar du membre
Level 7
72 messages

25 mai 2017

Bjorkio a écrit : CELA DIT, sans rentrer dans de la psychanalyse de bas-étage, je pense qu'on a tous une part de pulsion auto-destructrice, qu'elle se manifeste par le tabagisme ou autre chose... quand je pense à mes doigts, et combien j'peux massacrer la peau autour des ongles en période de stress, je ne peux que dénicher un peu d'empathie pour cette sale habitude que constitue le tabagisme.
Oui pareil, au moindre stress ou ennui, je commence à bouffer la peau de mes lèvres. Pas une bonne habitude du tout d'ailleurs.

Sauf que se bouffer les ongles ou la peau des lèvres, ça ne fait de mal à personne et ça ne coûte rien :')
Image

Avatar du membre
Level 11
200 messages

29 mai 2017

Mominou a écrit : Mouarf Henkil c'est un chouette portrait de ton ex que tu nous fais depuis quelques temps :lol:
C'est à se demander comment ça ne s'est pas fini plus tôt c't'affaire @onion21@ Bref.
Ouais hein @onion13@ Je passais sur beaucoup de choses par "amour" et par "respect" des envies et besoins de l'autre. Abnégation est mon 4ème prénom. Quand tu aimes quelqu'un qui t'apporte des choses intéressantes au quotidien, bah tu te dis pas que tu dois choisir entre le tabac et lui. Tu supportes. Et quand ça se termine, tu listes touuuuuuuuutes ces choses qui t'insupportais au final mais que ton système arrivait à occulter, et tu te rends compte que plein de choses étaient abusées.

Je dois être un peu con aussi, je vivais dans ma bulle bisounours @onion2@ Bref comme tu dis.

Le tabac c'est mal. Ca coûte cher, ça détruit ta santé, ça pue, ça pourrit les dents, ça bouche les artères, ça tue tes poumons, ça gène ton entourage non-fumeur et... cela n'a aucun intérêt à part te donner un coup de pouce en terme de sociabilité (la fameuse pause clope où tu peux aborder des gens, amis de la cig') et éventuellement un léger effet anti stress (léger parce que si tu n'as pas ta dose, tu pètes un câble).

Avatar du membre
Level 15
334 messages

29 mai 2017

L'effet anti-stress de la clope est à 100% placébo : aux débuts de la commercialisation du tabac, on lui prêtait tout un tas de vertus bénéfiques @onion29@ , dont ça, du coup c'est rentré dans l'inconscient collectif. En réalité, depuis, avec toutes les saloperies qui sont rajoutées dedans (et va savoir pourquoi c'est pas CA que le gouvernement interdit, au lieu de juste taxer à m... awi, le fric... c'facile de se faire du fric sur les problèmes de santé des gens, et puis... on n'est pas des monstres hein ! on les prévient que c'est pas bon pour la santé ! :O /ironieOFF), l'effet anti-stress provient juste du fait de "s'octroyer sa dose" : la clope génère le stress qu'elle réduit ! @onion9@

Après, arrêter de fumer, c'est surtout comprendre toutes les fonctions et "vertus" qu'on lui prête, et leur trouver une alternative, sans quoi c'est peine perdue hors volonté extraordinaire et cadre de vie idéal. La "dépendance physiologique", liée à la substance elle-même est relativement facile à surpasser, ce qui prend le relai, c'est la dépendance psychologique (habitudes comportementales, émotionnelles et cognitives). Et là où c'est encore et toujours vicelard, c'est que des gens se font du fric sur des "méthodes d'arrêt", mais en pariant sur le fait que les gens vont rechuter... ad lib

Avatar du membre
Level 11
200 messages

29 mai 2017

Oui, c'est comme moi avec le Nutella... J'ai dû réellement lutter... J'ai dû constater toutes les merdes qui sont dedans, prendre conscience de la toxicité de la chose, comprendre que, oui, c'est tasty et socialement, ça me permet d'exister ("j'adore manger du Nutella" - "ouiiiiiiii moi aussi!" - "let's be friends ♥")... Ensuite j'ai dû lutter contre la dépendance psychologique que tu décris... et replacer le Nutella par des fruits et autres dérivatifs... Aujourd'hui je suis sevré mais je sais que si j'en achète un pot, je retomberais dedans illico, et là ce sera le drame... Sans compter l'impact sur mon entourage... quand je pense que je leur imposais mes dents noires de Nutella entre deux verres de lait... et les cuillères enduites dans l'évier... Cela a dû être un calvaire @onion30@

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité