Le couple et la sexualité

Répondre
Avatar du membre
Team Next Gaymer
746 messages

28 novembre 2014

La sexualité – une bonne entente sexuelle tout du moins – est-elle indispensable pour vous dans un couple ?
 
Est-ce un critère de choix en début de relation, ou de continuité par après ? (du moins en partie).
 
Un couple peut-il perdurer si cet aspect de la relation n’est plus satisfaisant pour une ou chacune des parties ?

Level 11
184 messages

28 novembre 2014

Réponse rapide lol : oui, oui et non :).


La sexualité est le liant du couple pour moi.

Level 6
52 messages

28 novembre 2014

Je suis d'accord avec Alastar, c'est un moyen de devenir intime, complices, de partager et d'expérimenter des choses qui nous font envie à 2 (ou plus)... voire même un moyen de se réconcilier... alors si c'est à chier, ça va finir par générer de la frustration.
 
Pour le court terme, ça n'est pas forcément un critère de choix au démarrage néanmoins.
 
Je me pose plutôt la question de la fidélité en couple... que ce soit hétéro ou homo, est-ce inévitable? Doit on l'accepter? Que penser des couples libres ou des plans à 3 plusieurs? une manière d'évacuer le sujet et la frustration? Ou juste un mensonge et une illusion pour ne pas se persuader qu'il y a qqchose qui cloche?
Modifié en dernier par Airweack le 12 décembre 2014, modifié 1 fois.

Avatar du membre
Level 50
4262 messages

28 novembre 2014

Pour moi, le sexe c'est important, mais y a aussi la différenciation entre juste "niquer" et "faire l'amour". Le côté purement sentimental, opposé au plaisir purement charnel.
Perso, les fois où j'ai le plus pris mon pied, c'était en étant amoureux. C'est indiscutable. Du coup, j'ai envie de dire que oui, c'est important dans un couple la sexualité :p
 
Après pour les questions de Airweack... Je dirais pas que l'infidélité soit inévitable. Reste à définir cependant ce que l'on juge comme infidélité. Certains couples vont considérer que coucher avec quelqu'un, c'est une infidélité. D'autres non, et seront fidèles au niveau des sentiments, en se faisant de temps en temps, des plaisirs (partagés ou non :p). C'est à mes yeux une question d'équilibre de couple. Il faut de toute façon en parler avant que ça ne pose problème, pour savoir ce que l'autre en pense, et surtout comment il voit les choses, ou aimerait que les choses évoluent.
Après, faut pas se leurrer, et être honnête avec soi-même et son partenaire :)

Avatar du membre
Level 32
1614 messages

28 novembre 2014

Pour te repondre oui c'est un critere de choix à la base ainsi que pour sa continuité
et je reste persuadé qu'un couple ne peut pas fonctionner si c'est mort au niveau de la sexualité . Du moins ils iraient voir ailleurs pour satisfaire leurs besoins sexuels . A moins que ce soit un couple "libre" mais cela pourrait generer un autre topic lol pour parler de ce sujet sur la liberté dans les couples ^^
 
Par contre je reste persuadé que les versatiles (donc actif/passif) ont plus de chance de s'adapter à l'autre . Et c'est encore mieux quand tu mbe sur un autre versatile . Car rien de meilleur que l'envie de donner du plaisir à l'autre , ce même plaisir que tu recois ...

Level 7
70 messages

28 novembre 2014

Pour avoir vécu un amour platonique avec une fille je dirais que la sexualité possède son importance dans le couple, mais que cela est un critère à prendre en compte dans la continuité. On a tous notre manière de faire, nos propres envies, qui vont faire que cela va plaire ou non à notre partenaire. Je dirais qu'il faut laisser le temps pour qu'une synergie se créée et qu'il ne faut pas avoir honte d'avouer ses petits fantasmes.
 
Après il faut savoir équilibrer entre le je lui fait plaisir et il me fait plaisir et être patient quand on fait découvrir quelque chose de nouveau. Il faut savoir aussi rester ouvert d'esprit, avant il y avait plusieurs pratiques que je me refusais de faire, mais qui au jour d'aujourd'hui ne me pose plus aucun problème. Cependant on a tous une ligne rouge infranchissable que même par amour on ne pourrait traverser.
 
Je ne pense pas qu'un couple puisse perdurer si cet aspect de la relation n'est pas satisfaisant. Le fait de se priver dans un acte où on est censé être en extase rendra la chose amère et risquer de créer des tensions sur le long terme.

Avatar du membre
Team Next Gaymer
746 messages

28 novembre 2014

<div> </div>
<div>
[quote="juntaru"] [/quote]
</div>
 
<div>
[quote="Airweack"] [/quote]
</div>
 
<div>
<blockquote class="ipsBlockquote" data-author="Equinoxe" data-cid="71130" data-time="1417198848">
 
Je ne pense pas qu'un couple puisse perdurer si cet aspect de la relation n'est pas satisfaisant. Le fait de se priver dans un acte où on est censé être en extase rendra la chose amère et risquer de créer des tensions sur le long terme.
</blockquote>
 
Je suis d'accord sur le fait que se priver amène de la frustration et des tensions, ce qui est mauvais pour un couple.
Après, je ne sais pas si ça conduit automatiquement à la fin d'une relation. Parce que alors tu places cet aspect au-dessus de tout.
Il faut peut-être voir plus loin, voir si le couple est vraiment solide et que le reste se passe bien. Car la base d'un couple, c'est une relation solide et une complicité ou tout du moins une entente et une compréhension de chacun.
 
Je pense qu'un couple où tout se passe bien peut résister à ce problème de frustration. Maintenant, c'est peut-être plus rare. C'est peut-être même une minorité.
 
</div>
La frustration, et le risque d'infidélité, cela n'arrive-t-il pas aussi simplement avec le fait que chaque personne vieillit et que notre look et notre corps change? 
On peut trouver quelqu'un attirant à une période de sa vie et plus à une autre... Nos goûts d'aujourd'hui ne sont pas nos goûts de demain...
Peut-être qu'à ce niveau, les couples "libres" ont raison d'agir ainsi - mais encore faut-il l'accepter.
 
<div>
Maintenant, comprenez-moi bien également. Je suis tout-à-fait d'accord et conscient que cela a une place importante dans un couple; et que l'idéal est que cela soit un moment de complicité à 2. Parce que pour être vraiment satisfait, il faut aussi pouvoir se lâcher vraiment et donc être avec quelqu'un en qui tu as confiance.
</div>
Modifié en dernier par Alcazar1313 le 28 novembre 2014, modifié 1 fois.

Level 16
390 messages

29 novembre 2014

Je dirais que c'est important et que ça participe grandement à souder le couple (Bien entendu, il y a d'autres élements qui soudent le couple).
 
Je ne pense pas cependant que ça soit le meilleur critère de choix pour commencer à sortir avec quelqu'un et cela pour deux raisons.
 
1 - La sexualité dans un couple ne doit pas être considerée comme acquise dès le départ. Il arrive que ça ne soit pas génial au début. Ce n'est pas une raison pour arrêter de se fréquenter, car quand on connait mieux la personne, on apprend a connaitre ses désirs. Faire l'amour ne devient pas simplement se faire plaisir à soi-meme, mais fusionner pour se faire plaisir mutuellement.
 
2 - On passe moins de temps à faire l'amour a son mec, qu'à faire autre chose (discuter, se balader, jouer,...),Il faut donc qu'il y ait d'autres critères que la performance du monsieur au lit.

Level 3
15 messages

01 décembre 2014

Je pense que chacun est différent et que donc nous ne pouvons pas définir un schéma type, meme si dans le.comportement humain il y a des connivences ,


On peut affirmer que dans le couple beaucoup voir une grande majorité laisse une place qui a sa propre importance à la sexualité dans l'épanouissement d'une relation.


Cependant ensuite il s'agit de se demander, à quel point cette importance liée au plaisir charnelle qui est donc purement sexuelle sans prendre en compte le contact physique, a t elle des répercussions sur la stabilité et l'appréciation entre deux individus, qu'ils soient du même sexe ou non.


Et après l'on doit prendre en compte toutes les possibilités, comme le fait que pour certains le sexe ne signifie rien, on est tous différents, mais encore une fois la psychologie humainr peut nous donner des marchés à suivre pour comprendre certaines choses.


Il faut savoir ce que nous apporte le sexe, ce que cela définie, la relation qu'elle créé avec notre partenaire etc il y a tellement de facteurs..


Mais au fond si on ne donne pas de définition concrète de ce qu'est l'amour et la relation à deux construite qui est différent, on ne pourra pas savoir ce qui compte ou pas chez tel ou chez l'autre.



Personnellement, je considère l'amour comme étant un sentiment bien plus complexe qu'on ne le croit chacun a sa propre définition, mais il y a aussi des degrés, on peut vivre des histoires d'amour dans notre vie sansqu'elles aient toutes le même impact sur ce que l'on est.


A ce moment là, les choses dépendent aussi de l'histoire que l'on vit actuellement de ce que l'on veut etde ce dont on a besoin dans une période de notre vie.


Étant un.éternel romantique, si.je devais vivre une véritable relation dont la définition m'est personnelle, le sexe ne représenterait que l'un des différents objets d'échange et de partage intime qu il pourrait exister, et non pas un enjeu ni une.nécessité,


je préférais sûrement pouvoir me livrer corps et âme avant tout, découvrir la personne qui puisse me comprendre et m'accepter tel que je suis, me rendre meilleur et me donner une raisonsupplémentaire de me lever chaque matin, un réconfort une pulsion de vie à laquelle me raccrocher quand tout semble s'effondrer.

Level 13
282 messages

01 décembre 2014

L'important je crois c'est surtout d'être sur la même longueur d'ondes avec son copain.
L'entente sur le plan intellectuel (on appellera ça comme ça) étant très importante, la complicité sur le plan charnel l'est tout autant. Si on place le sexe très au second plan, il est clair de mon coté qu'on ne peut pas démarrer une relation avec un mec qui trouve ça très important, aussi bonne l'entente ailleurs soit elle.
Le sexe reste un un élément clé du couple, et ne pas s'entendre ou avoir des attentes différentes à ce niveau me parait très compliqué. Je reprend juste l'exemple des gens qui ont peu d'envies sexuelles à combler, elles vont avoir tendance à aller vers ceux qui marchent de la même façon. Après dire que le sexe est l'élément majeur d'une relation, non, ne faire que coucher avec son copain va clairement pas aider à construire du stable.

Level 12
213 messages

02 décembre 2014

Pour ma part, oui la sexualité est importante, mais dans la continuité d'un couple. Comme je le disais dans un précédant post, la sexualité du couple se construit, se déconstruit, se reconstruit, afin d'arriver à l'entente parfaite, et forcément ça n'arrive pas dès le début, ça vient avec le temps. 
Je pense que un couple ne peux pas durer sans cet aspect du couple, mais comme tout élément important du couple, comme le disait Plutolol avec l'entente intellectuelle. 

Avatar du membre
Level 11
200 messages

24 mai 2017

Alcazar1313 a écrit : La sexualité – une bonne entente sexuelle tout du moins – est-elle indispensable pour vous dans un couple ?
 
Est-ce un critère de choix en début de relation, ou de continuité par après ? (du moins en partie).
 
Un couple peut-il perdurer si cet aspect de la relation n’est plus satisfaisant pour une ou chacune des parties ?
Je m'ennuie au travail, donc je resors des topics du placard :D

1/ La sexualité est-elle indispensable pour vous dans le couple ? > Oui, sinon pourquoi être en couple ? Comme je ne couche pas avec n'importe qui n'importe comment, le sexe revet une valeur certaine à mes yeux. Si c'est pour "juste" partager de bons moments, complicité intellectuelle et sortir, il s'agit d'amitié, donc pas d'une relation de couple. Pour moi, une relation de "couple", c'est porter la relation à un autre niveau, comprenant une dimension sexuelle (de partage) certaine.

2/ Est-ce un critère de choix en début de relation, ou de continuité par après ? Oui. Je ne me vois pas rester avec un mec avec qui cela ne colle pas sexuellement, ou avec qui cette relation est conflictuelle. J'y viens après.

3/ Un couple peut-il perdurer si cet aspect de la relation n’est plus satisfaisant pour une ou chacune des parties ? Pour moi non. S'agissant d'un réel prolongement de ma relation "intime" avec l'autre, elle doit être intense, partagée, fusionnelle et fonctionnelle. A partir du moment où on commence à se demander ou se disputer pour savoir qui fait quoi, qui prend qui et qui décide, ça me prend la tête (comprendre en plus, je n'aime pas les rôles définis, et les gens exclusivement ceci, ou exclusivement cela, bien coincés et fermés). Le côté "on a épuisé le sexe avec le temps, notre relation repose sur autre chose de plus... euh... enfin... bref, on baise plus trop parce que cela fait longtemps qu'on est ensemble, et pour le coup on est un couple libre LOL" [non, je ne mélange pas tout xD], non. Je vois pas l'intérêt d'être "en couple" sans l'aspect sexuel. Dans ce cas-là, on est très bons potes, collocs ou BFF.

Avatar du membre
Level 20
596 messages

24 mai 2017

Oui enfin il y a des sujets d'ailleurs sur le forum où certaines personnes essaient de définir un couple sans désir sexuel.

Ce qui n'est pas mon cas mais peut-être que la cellule d'un couple peut se former sans cet aspect (?) sans que cela ne soit "que" de l'amitié (?)

C'est une appréciation très lointaine de la mienne mais qui existe (?)

Je suis personnellement assez superficiel quant à l'appréciation physique de mon partenaire et de plus il faut qu'il y ait matière intellectuelle derrière pour me donner envie.

Enfin je suis rassuré que la sexualité dans un couple installé comme le mien (11 ans) puisse même se raviver malgré certains moments moins évidents (stress, boulot notamment).

La communication et surtout la confiance en soi ont été des critères déterminants au delà du physique.

Alors je suis naïf et basé sur une vision monogame de la chose mais je suis à ce jour heureux de ne jamais avoir trompé mon partenaire.

De la chair fraîche on peut en avoir facilement mais personnellement je pense que ça ne boostera rien du tout et sera plus destructeur pour le schéma de ma construction psychologique.

Bien que je constate que bien d'autres s'en satisfont, mais auquel cas je dirai "soit" chacun sa vie tant que cela n'empiete pas sur la mienne.
Image

Avatar du membre
Level 11
200 messages

24 mai 2017

Je partage ta vision du couple :)
Et de la même manière j'ai pu vivre ces périodes où le sexe était moins présent, plus espacé, de par le quotidien, la fatigue, la vraie vie en somme. Mais ces périodes de creux ont au final été assez bénéfiques puisque dans une relation monogamme exclusive, les périodes de creux permettent une abstinence qui s'est avérée assez plaisante.
Quand on le faisait, c'était intense. Il y avait du désir, de la force, un truc en plus. Après effectivement, les premières années, c'est chaud lapin. Après 5 - 6 ans, c'est plus espacé. Après, personne n'a dit que le faire mécaniquement tous les soirs était une obligation ou que c'était bien. Moi en tout cas, je me force pas.

Mais je vois pas l'intérêt d'être "en couple" si on a un rapport tous les 6 mois @onion2@ J'ai besoin, techniquement, de me sentir désiré, physiquement. Que ma moitié me montre physiquement l'ardeur de son désir @onion7@

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité