L'importance du poids

Avatar du membre
Level 11
200 messages

21 juillet 2017

patellaalta a écrit : Je considère également que la recherche absolue, le fantasme, du joli corps musclé relève de la névrose, d'une pathologie qui n'a rien à envier à l'obésité. Je n'ai jamais connu de narcissique heureux et/ou équilibré pour ma part.
Oui enfin, chacun s'aime comme il veut :) On connait personne d'heureux au final, tout le monde est insatisfait par ce qu'ils ont ou n'ont pas d'ailleurs. Quand tu as fini de corriger quelque chose, tu trouves toujours un autre aspect sur lequel te focaliser.

Toute la dynamique liée au sport, et à l'image de soi qu'on peut en tirer, de l'effort et de la rigueur que cela demande participe à... un dynamique, c'est le mot, un bien être global, ou du moins tend à y participer. J'ai entraîné dans mon sillage ma mère, ma soeur... et je suis entouré de collègues et de gens sportifs. Ils sont dynamiques, ils bougent, ils sont bien dans leur peau et dans leurs corps ^^ Après ils ne sont pas du tout dans la gonflette et le culte du corps. Ils sont dans le sport-santé, le sport-entretien, le sport-plaisir-évacuation-bougeons :) et bien-sûr, ils ont l'hygiène de vie (alimentaire) qui va avec.

Beaucoup de gens en surpoids se lancent dans le sport sans changer leurs habitudes alimentaires, ce qui ne donne pas de résultats intéressants, ou inversement changent leurs habitudes alimentaires pour faire un régime draconnier, perdent du poids, mais sont inactifs physiquement, et donc reprennent à la moindre occasion (généralement plus que ce qu'ils avaient perdu puisque l'organisme, privé, fait des réserves...). C'est un tout.

Et c'est sur le long terme. C'est comme tout dans la vie, faut pas croire avoir des résultats de ouf en 6 mois alors que les autres font du sport et font attention au niveau alimentaire quotidiennement depuis des années voire depuis toujours... C'est un mode de vie.

Perso, j'ai envie de me réveiller à 50-60 ans en pouvant me regarder dans le miroir sans trop me détester, ou du moins en me disant que j'ai pas le choix de vieillir mais que j'ai fait et fais encore tout ce que je pouvais et peux pour limiter la casse :) J'ai trop de gens dans mon entourage qui ne s'aiment pas à cause de leur poids ou de leur apparence déjà à la trentaine (en mode résignés), ou qui se détestent arrivés à la cinquantaine parce qu'ils n'ont jamais fait attention ou de sport, et se retrouvent avec un esprit de gens de 30 ans dans un corps qu'ils ne supportent plus. J'ai bon espoir quand je vois dans ma salle des personnes "âgées" en forme, entretenues, avec des corps qui n'ont rien à envier aux jeunes de 25 - 30 ans :)

Bref... Le poids... La question du siècle, le phénomène mondial qui obsède la planète et fait couler de l'encre, vendre des magasines et des pilulles miracles... Le sujet presque devenu tabou pour ne pas froisser les uns mais qui touche tout le monde y compris les autres, toutes tranches d'âge confondues.

Avatar du membre
Level 4
22 messages

21 juillet 2017

Ne peut on juste pas etre heureux d'etre en vie, en bonne santé et ne pas se prendre la tete pour des détails qui ne sont pas forcement important.
Au final, chaque personne a son ame soeur quelque part et si ce n'est pas le cas, le célibat' n'est pas une tare alors pourquoi se mettre autant la pression.
Bien sur, ressembler au meilleur pour etre le meilleur c'est bien, mais seriez vous heureux de devoir changer entierement pour au final, qui sait, vous déplaire a vous meme car nous n'etes plus le meme qu'avant.

Je conclurais simplement par le fait que le poids n'est qu'un détail, l'humain est le plus important.

Avatar du membre
Level 6
61 messages

21 juillet 2017

Je m'étais juré de ne pas intervenir sur ce sujet, parceque j'ignorais ce que je pouvais apporter au débat.
Cependant, je viens de lire les derniers messages, et il y a quelques points sur lesquels je souhaiterai réagir.
Il faut tout d'abord, savoir que je suis dans un cas d'obésité sévère. Comprendre: J'ai beaucoup de poids a perdre.
Je me sens donc tout a fait concerné par ce que je lis.

Dany, je souhaite te poser une question: penses-tu réellement, je veux dire du plus profond de ton coeur, qu'il existe pour chacun d'entre nous une personne qui nous soit destinée ? Je te pose la question sans aucune animosité aucune ! Je la pose vraiment par curiosité ! J'aimerai pouvoir te rejoindre sur le début de ton message ou tu dis:

" Ne peut on juste pas être heureux d'être en vie, en bonne santé et ne pas se prendre la tête pour des détails qui ne sont pas forcement important."

Et tu dis ensuite que le célibat n'est pas une tare.
Alors certes, non, le célibat n'est pas une tare et beaucoup de personne s'en accommodent.
Mais le fait est que notre société est constituée de façon a envisager la vie a deux.
Et passé un certain âge, tout est fait pour te le rappeler, le célibat est une cause de souffrance, parfois, pour ceux qui le vivent et une source de pitié, pour ceux qui le voient.

Il faut tout de même admettre, que les personnes célibataires possèdent un statut différent des gens en couple. Ils sont un peu hors norme, et je ne parle même pas des personnes qui n'ont jamais eu d'expériences charnelles qui elles sont releguées a une place " d'enfant " ou de personne " inexperimentée. " Tout cela ajoute une certaine forme d'opression sociale qui pousse a cette recherche effreinée de l'amour, ou d'un simple plan. J'ai parfois l'impression de vivre dans une société du " Vaut mieux être a deux, quitte a être mal accompagné. "

Donc vivre heureux en étant célibataire, oui, pourquoi pas.
Mais je suis pas certains que tout le monde possèdent cette volonté et cette force de conviction, de caractère et d'esprit.
L'indépendance est une valeur fondamentalement difficile a gagner et a assumer.

Ensuite pour répondre au débat.
J'ai récemment ( quelques mois ) entamé tout un processus de psychothérapie, de réeducation alimentaire, et d'inscription dans une salle de sport spécifiquement adaptée aux personnes obèses. Un véritable parcours du combattant, n'ayant pas mon permis, je suis dépendant du véhicule familiale. Je suis a peine en train de finir la premiere partie: les différents rendez vous médicaux, ect.

Pour..voir et vivre au quotidien..
Ce qu'une personne en surpoid vit au quotidien.
Je ne peux que ressentir beaucoup d'empathie pour les personnes malades.
J'ai conscience de tout les risques que les gens gros, risquent au quotidien.
L'obésité, au même titre que d'autres maladies graves.. arrivé a un certain stade: provoque un véritable décès social.

Je peine a trouver le courage d'assumer mon homosexualité, et a combattre ce corps que j'ai longtemps considérer comme un ennemi.
Qui me tenait éloigné de tout un tas d'expérience que j'aurai adoré pouvoir vivre.

Partir en vacance avec des amis, passer mon permis, ect tout un tas de petit rituel qui fait que tu as une " adolescence " a peu de chose près normale.

Pour tout cela, j'ignore, si je serai capable de vivre avec une personne obèse, même si je dois avouer que le genre de type qui m'attirent sont ceux avec un corps a peu près normal, je n'ai rien contre un petit ventre, de plus, je le connais bien le couplet de: " Oh tu as une chouette personnalité, c'est trop cool ! " mais bon, ça se saurait quand même si une simple personnalitée suffisait, non ?

On peut être gros, être élégant et avoir du charme. Pour moi l'essentiel étant que je veux me sentir bien et en sécurité avec la personne que j'aurai choisi pour partager ma vie, après ne nous leurrons pas, si ce n'était basé que sur des critères physiques, bien entendu qu'une personne entretenue me plairait beaucoup.

Au final, je pense que vivre avec une personne en surpoids ne me dérangerait pas si cela reste modéré ( et que cela n'atteind pas mon niveau, parce que... comment pourrais-je aimer une personne " physiquement " qui possède le type de physique qui m'a fais souffrir toute ma vie ? Pour le coup, ce n'est même pas une question d'attirance physique.. mais une véritable question d'acceptation de soit, et de l'autre. Mais bon, tout cela reste de la théorie, je pense pas avoir le droit de faire la fine bouche.

Avatar du membre
Level 4
22 messages

22 juillet 2017

Alors @chrys je comprend ton point de vue et tu n'as pas tord non plus,
il faut avoir le moral et le courage aussi avec cette société du tout pour le couple qui nous "interdit" le célibat' mais on peut tout aussi bien s'en accommoder ou alors chercher a changer si jamais on ne se plait pas :D
J'ai moi meme eu une periode d'obésité, j'ai eu la motivation et l'envie de maigrir de me remettre en forme, j'ai réussi et je penses que tous le monde en est capable :-)

Concernant ta question : " penses-tu réellement, je veux dire du plus profond de ton coeur, qu'il existe pour chacun d'entre nous une personne qui nous soit destinée ? "

Oui, je le penses sincèrement, une personne qui vient me voir en me disant je trouverais jamais l'amour, j'arrive pas à trouver c'est une personne qui as besoin d'aide, qui souffre et qui a besoin de cette relation de couple mais je lui dit tout simplement, que oui, vu au nombre de personnes sur Terre, au nombre de couple, de jeune, de vieux, de blanc, de noir, de TOUT !
On est 7 milliards et sur 7 Milliards il y a forcement 1 chance de trouver l'amour.
Après la "quête" n'est pas de tout repos :D

M'enfin, voila pour ce que j'en sais ou j'en penses, concernant le sujet principal, Aujourd'hui, le poids est important et le restera au vu des dire de la société.

Avatar du membre
Level 4
22 messages

24 juillet 2017

Pfiou le sujet béton... Personnellement je dois admettre que je préfère les mecs minces, j'imagine que c'est dû à un vécu personnel assez lourd.

J'ai toujours eu énormément de problème avec mon corps, ça a perduré pendant de nombreuses années. J'ai fait des crises de boulimie, montant à 90kg (pour 1m80) au plus haut, puis des crises d'anorexies monumentales (descendant à 47kg). Ca a toujours été une guerre pas possible, genre je haïssais qu'on prenne une photo de moi, et même en période d'anorexie je me trouvais encore trop "gros" (bonjouuuur la maladie mentale).

J'ai fini par m'en dégager et réussi à me stabiliser plus ou moins. Depuis quelques années je suis plus ou moins un régime où je me maintiens à 65kg dans ces eaux là et ça me va. Je continuais à me trouver trop beau (à force de voir des garçons soit bourrés de muscles soit filiformes), c'est mon ex-psychologue qui m'a ouvert les yeux en me ressortant les photos de ma période anorexique et en me mettant face à ce que je me disais à l'époque, "que j'étais trop gros" (tain j'avais le BMI d'un éthiopien à qui on a coupé les jambes quoi). Depuis je suis un peu plus en paix.

Mais c'est dur par rapport aux apps etc quand tu vois des mecs avec un corps absolument parfait constamment, dur de rester en paix avec son corps. Je pense que ça n'aide pas d'être constamment confronté à ça. J'étais tombé sur une citation qui m'avait frappé, qui disait en substance que le regard que nous portons sur nous même est mille fois plus dur et violent que celui que l'on porte sur les autres. Ca m'avait pas mal frappé et j'essaie depuis de changer ma façon de penser en ce sens.

A côté de ça je m'en veux énormément de refuser des avances de mecs sur des critères physiques, alors que j'adore leur culture, leur esprit etc. Je m'en veux à chaque fois de rejeter sur un critère aussi "superficiel" mais en même temps je sais que ce serait totalement impossible pour moi :/
- Nithou
PS4: nithom | Steam: nithou | 3DS: 4227 - 2160 - 9333 | Switch: SW-8056-9758-8975
@onion29@

Avatar du membre
Level 8
96 messages

26 juillet 2017

Rien de plus sexy qu'un nounours bien portant, poilu et barbu ! @onion8@
On est tous le beau ou le moche de quelqu'un.
Chaque pot a son couvercle !

Avatar du membre
Level 11
199 messages

26 juillet 2017

Atrix a écrit : Rien de plus sexy qu'un nounours bien portant, poilu et barbu ! @onion8@
On est tous le beau ou le moche de quelqu'un.
Chaque pot a son couvercle !
ENFIN quelqu'un qui pense comme moi ! Merci haha. (pour le beau ou le moche de quelqu'un).

Bref comme je l'ai dit, je suis moi même ce qu'on appelle dans le milieu un ours (beaucoup de gras et de poils).
Ayant eu du mal à le vivre à un certain moment ou beaucoup de gays (je généralise un peu, Gômen !) ne voient que par le physique parfait (musclé ou bien sec).
De mon point de vu, le physique ne fait pas tout, t'auras beau avoir un physique caractérisé de "rêve" et être complètement idiot, ça ne te servira à rien dans la vie.

Avatar du membre
Level 8
96 messages

26 juillet 2017

Le truc le plus important dans cette histoire c'est de s'accepter tel qu'on est.
On plaira forcément à quelqu'un, je hais les expressions ou phrases toutes faites mais "tous les goûts sont dans la nature".
On s'en fout un peu de savoir que la masse aime le cliché du surfeur américain.
Sauf si on a envie de plaire à la masse.

Avatar du membre
Level 32
1614 messages

26 juillet 2017

Atrix a écrit : Rien de plus sexy qu'un nounours bien portant, poilu et barbu ! @onion8@
On est tous le beau ou le moche de quelqu'un.
Chaque pot a son couvercle !

je valide ce que tu dis ! Mais malheureusement pour pas mal de gens (filles incluses) , ils pensent avoir le monopole du bon gout et donc quelqu'un de moche pour eux est forcement une personne moche pour tout le monde ....

Avatar du membre
Level 7
77 messages

10 août 2017

Bonsoir, un article à lire sur le sujet qui va faire sauter bien des clichés, des croyances et des préjugés sur la question du poids... http://sante.lefigaro.fr/article/le-cer ... s-pas-nous

On est donc quelque peu impuissant face à la maitrise de notre poids, là où certain d'entre nous pourrons faire tous les régimes et sports qu'ils voudront pour maigrir ou alléger leur corpulence que cela n'aboutira à aucun résultat à long terme puisqu'ainsi en aura décidé avant tout leur génétique, qui aura le dernier mot ! Et inversement pour celui qui voudrait prendre du poids et du muscle du reste.

Au final il n'y a pas de question de "volonté de maigrir" (le cliché du "gros paresseux" est encore tenace aujourd’hui) ou "d'effort alimentaire" qui tienne, il n'y a ni coupable, ni bouc émissaire, on ne peut reprocher à personne de faire son poids et sa corpulence puisqu'elle ne peut que suivre bien malgré elle ce qu'en aura décidé sa génétique.

Comme le conseille l'article, il est donc important de trouver SON poids idéal et non le poids idéal selon les diktats de la société.

Et puis soyons heureux d'être tous différents, grand ou petit, mince ou fort, musclé ou non, poilu ou imberbe, car nous sommes tous physiquement, et sans exception, l'idéal d'un autre car tous les goûts sont évidemment dans la nature.

Avatar du membre
Level 11
200 messages

11 août 2017

« On est donc quelque peu impuissant face à la maitrise de notre poids, là où certain d'entre nous pourrons faire tous les régimes et sports qu'ils voudront pour maigrir ou alléger leur corpulence que cela n'aboutira à aucun résultat à long terme puisqu'ainsi en aura décidé avant tout leur génétique, qui aura le dernier mot ! Et inversement pour celui qui voudrait prendre du poids et du muscle du reste. »
> c’est bizarre, je ne vois pas du tout la même chose dans l’article et n’en arrive pas du tout aux mêmes conclusions en le lisant… o__O

"Il peut augmenter au cours de la vie. Ainsi, une personne qui grossit et reste en surpoids plusieurs années verra son poids cible augmenter car le cerveau considérera le nouveau poids comme la référence. «Pour le cerveau, il n’y a pas de surpoids, juste un poids stable à défendre», clarifie Sandra Aamodt."
> Oui, mais on peut aussi rééduquer son cerveau à se dire que le poids stable à défendre n'est pas forcément celui du "j'ai grossi, c'est mon poids maintenant, c'est fini, the end". Si le cerveau peut accepter un nouveau poids à la hausse, il peut accepter un nouveau poids à la baisse. Cette étude est juste complaisante (en même temps, une étude américaine pourra difficilement démontrer que "vous avez grossi ? vous en êtes partiellement voire totalement responsable".). Bien entendu, ne jamais souligner la responsabilité des gens dans ce qui arrive... C'est dans l'air du temps. Vous avez bien mangé et bien bu ? Vous ne faites aucun sport ? Vous passez de votre lit à votre siège au travail à votre canapé le soir ? Ce n'est pas de votre faute ! C'est l'âge, la génétique et les vilains diktats !
J'ajouterais que quand on réduit doucement mais surement la consommation de bouffe, cette réduction a pour conséquence une réduction de la taille de l'estomac sur le long terme, et donc un effet de saciété plus rapide, qui lui entraîne le fait de moins manger puisqu'on est full plus vite, ce qui entraîne... etc. ;D Quand l'article dit qu'on ne peut que grossir, et jamais maigrir... Faux. Je vois pas où ils ont été chercher leurs infos. Go voir un nutritionniste, un vrai médecin, il va te dire quoi faire, et surtout de coupler un changement d'alimentation avec une activité physique régulière. Il te dira que, oui, commencer à faire attention et bosser à 30 ans n'aura jamais le résultat "corps de rêve des magazines", parce que sculpter un corps ça se fait dès l'adolescence avec le sport et de bonnes habitudes alimentaires. Il te dira également que ces corps avec lesquels on nous bombarde ne sont ni naturels, ni bons pour la santé puisqu'ils sont le résultat de poudres, protéines, privations, photoshop. Mais il y a 50 nuances de gris entre le culte abusif du corps et le laisser-aller défaitistes "c'est la génétique, it's life".

« Au final il n'y a pas de question de "volonté de maigrir" (le cliché du "gros paresseux" est encore tenace aujourd’hui) ou "d'effort alimentaire" qui tienne, il n'y a ni coupable, ni bouc émissaire, on ne peut reprocher à personne de faire son poids et sa corpulence puisqu'elle ne peut que suivre bien malgré elle ce qu'en aura décidé sa génétique. »
> l’article ne dit rien en ce sens, voire dit le contraire… "Une seule solution pour rester à son poids idéal: faire de l’exercice physique chaque jour et ne manger qu’à sa faim. «Au début, cela demande beaucoup d’attention et des efforts car nous vivons dans une société d’hypersollicitation alimentaire et puis on prend l’habitude et les choses se font naturellement. On finit par ne plus compter les calories et à ne plus focaliser sur l’alimentation, ce qui libère du temps et de l’énergie pour effectuer toutes ses autres activités», conclut-elle."

Il n’est aucunement dit que les personnes ne peuvent que suivre bien malgré elles ce qu’a décidé la génétique… Au contraire, l’article dit qu’il faut comprendre son corps, trouver son poids de référence en suivant pendant 6 mois minimum une alimentation plus responsable et limitée par «la faim » (la vraie, pas la gourmandise ou l’ennui) et de se bouger le cul.

« Comme le conseille l'article, il est donc important de trouver SON poids idéal et non le poids idéal selon les diktats de la société. »
> On est d’accord, mais le poids de référence n’est pas « je me pose pas de question, aujourd’hui à l’instant T je suis comme cela, donc c’est mon poids de référence, je ne réfléchis pas à ce que je mange, comment, en quelle quantité, LOL, c’est pas moi, c’est comme ça et génétique :D ». L’article ne dit absolument pas cela, il dit au contraire d'apprendre à se connaître, comprendre son corps et améliorer son hygiène de vie, notamment la qualité de la nourriture et les quantités, et le sport ou combattre la sédentarité et que de définir son poids de référence prend "six mois environ [à être] stabilisé à sa valeur de référence". Il ne dit pas "on y peut rien, c'est comme ça, donc ne faisons rien, vilains diktats de la société". Il encourage à trouver SON équilibre propre en se bougeant les fesses tant au niveau psychologique (définition du poids de référence, de comment l'atteindre et le maintenir) que physique (sport / bouger / stop à l'inaction-sédentarité).

Comme quoi, chacun lit ce qu'il veut dans un article... Mangez moins, mangez mieux et bougez vos fesses sur le long terme. Voilà ce que je lis dans cette étude. Je ne vois pas "le poids est génétique et inéluctable, on peut rien y faire en fait". Je vois "il y a une part de génétique, OK, mais en fait en se donnant les moyens et en comprenant son corps et son fonctionnement personnel, on peut arriver à réduire le surpoids, et trouver son poids de référence (qui n'est pas votre poids actuel et pas "je suis comme cela, c'est pas de ma faute", mais "je définis mon poids de référence en changeant mes habitudes et en redressant la barre, et dans quelques mois quand j'aurais bien équilibré mon alimentation, je pourrais me dire : c'est mon poids"). Rien n'est acté. Revoyez vos tablettes, changez ces habitudes qui vous tirent vers le bas, et vous trouverez et garderez votre poids de référence. Mais pour le trouver, il faut observer, comprendre, changer et bouger.

"Une étude américaine menée en 2012 auprès de plus de 11.000 personnes suivies pendant quatorze ans montre que quatre habitudes sont prédictives du risque de décès prématuré quelle que soit la corpulence: le fait de fumer, la sédentarité, l’absence de fruits et légumes et une consommation excessive d’alcool. Renoncer à au moins trois de ces mauvaises habitudes permet à des personnes obèses et en surpoids de vivre aussi longtemps que celles qui sont minces."

> Prenons la même étude au japon ou en Suède ou dans une population où 85% des gens sont minces ou "fit", où les gens mangent mieux, plus équilibré, boivent moins, et par conséquent sont naturellement plus minces, et ... ooooooooooooh, on découvre que si on mangee équilibré, en quantité raisonnable, avec une hygiène de vie plus équilibrée, ouaaaaaah, c'est merveilleux. Faisons une étude portée sur... uniquement des sportifs au mode de vie sain qui mangent bien et en quantité raisonnable, et oooooooooooooooh, on découvre qu'ils sont tous "bien foutus" ou en tout cas sympas à regarder (avec des morphologies différentes, genre les rugbymen enrobés mais terriblement musclés et sexy), toniques, bien dans leur peau. Les études orientées donnent forcément des résultats orientés :)
Après y'a pas de secret, encore une fois. L'étude le dit très clairement : manque de sport ou d'activité, boire, manger trop et mal = pas bon, quel que soit la morphologie de base. Mais on ne peut qu'imaginer que ces habitudes ne font qu'empirer la situation si ton makup génétique est à tendance "embonpoint". Mais c'est là que la responsabilité de chacun intervient. Mal manger = surpoids, boire = surpoids (oui, l'alcool fait grossir - http://sante-medecine.journaldesfemmes. ... it-grossir - ou empêche la stabilisation voire la perte de poids. Alors oui, on va me dire "faut vivre quoi, on va pas de priver"... Responsabilité, choix, pondération je dirais :) Les Haribos me font de l'oeil et m'obsèdent, mais je sais résister), sédentarité = grossir ou du moins ne pas mincir... L'aspect génétique peut s'ajouter, mais il n'est pas pré-déterminant. L'étude souligne simplement que ce qui est pré-déterminant, ce sont nos habitudes de vie, et non pas un aspect génétique irrémédiable qui fait que, LOL, c'est comme ça, on y peut rien :D

Pour reprendre d’autres points de l’article : oui, on sait que les régimes privatifs yoyos font grossir parce que c'est idiot de faire régime 1 mois tous les 6 mois pour l'été ou une occasion (genre ton mariage) en se privant de tout. Faut juste faire un peu attention quotidiennement, et oui, connaître son corps et ne pas surbouffer :) Après, encore une fois, une étude menée aux US, pays du surpoids et de la mal-bouffe, c'est biaisé à la base. Si tu fais régime 6 mois, 1 an, 2 ans, mais que dès que tu es au top selon tes critères, c'est glaces, restos, sédentarité et alcool, baaaaaaaaaaaaah... cherche pas. Etre en forme, c'est un mode de vie. Un mode de vie c'est quotidien et permanent.

Avatar du membre
Level 7
77 messages

11 août 2017

@henkil "c’est bizarre, je ne vois pas du tout la même chose dans l’article et n’en arrive pas du tout aux mêmes conclusions en le lisant"

c'est peut être plus clair ici? https://www.pourquoidocteur.fr/Articles ... -genetique

Maintenant je n'ai jamais dit qu'il fallait se laisser aller et ne rien faire parce que la génétique etc etc... c'est toi qui en a fait tes propres conclusions.

Mon intervention visait surtout à rassurer nombre d'entre nous ayant une corpulence forte (dont je n'en fais pas partie avec mes 68kg pour 1m78) et qui souffre aussi du regard des autres très difficile à vivre surtout à notre époque ( ce qui peut les faire certainement beaucoup culpabiliser, ce qui génère un stress supplémentaire (qui vient se rajouter en plus au fait qu'il puisse être gay comme certain de nos amis ici) et encore plus quand ils se retrouvent face à des "ayatollah" du sport, qui en ressorte bêtement virulent au final sectaire et ultra stigmatisant.

Je rappelle par ailleurs que ce qui est bon pour toi ne l'est pas forcément pour un autre. Et a vouloir absolument pousser quelqu'un à faire du sport ou de l'exercice physique "parce que sinon ça veut dire que tu n'as pas d'hygiène de vie /que tu devrais avoir honte/que tu n'as pas le droit de te plaindre que l'on te crache à la face parce que tu es corpulent et que c'est parce que tu ne bouges pas ton cul et ne mange pas comme il faut" pourrait même lui causer beaucoup plus de tort que de bien.

Ensuite il ne faut pas oublier le critère des moyens parce qu'on a pas tous la capacité financière de se taper une salle de sport à 500€ l'année, parce que bien manger suppose aussi de dépenser plus pour se prendre de bons aliments et qu'il faut aussi avoir le courage de cuisiner... autant de motivation à acquérir d'autant plus difficile quand le moral est sapé perpétuellement parce qu'a chaque seconde de ton existence on te renvoi l'image que tu n'es pas conforme à ce que l'on attend physiquement de quelqu'un qui est censé avoir une hygiène de vie irréprochable et faire attention à lui etc etc... ça te draine une énergie folle, ça te plombe le moral et souvent on a qu'une envie s'est de se réfugier dans des aliments qui font du bien (le sucre, le gras etc...) Bref rajouté au fait qu'en plus la génétique s'en mêle, ne crois tu pas qu'il y a quelque chose d'absolument décourageant là dedans?

C'est bien que tu sois à fond dans le sport tant mieux pour toi mais à te lire cependant je tiens à te faire remarquer qu'il n'en ressort aucun équilibre chez toi, rien de pondéré, de tempéré. Toi tu veux foutre tout le monde au sport, leur demander de porter une attention absolue à son alimentation et d'un coup de baguette magique on aura tous le corps parfait, plus de surpoids et cie... si c'était si simple !

Quant à la question du poids idéal, il est unique à chacun. Pour certain ce sera avec un 20/30 KG de moins de qu'il serait censé faire pour leur taille d'autre l'inverse etc... pour beaucoup il n'est pas nécessaire de passer 10h par semaine en salle de musculation pour obtenir le poids idéal comme de se restreindre de bouffer un paquet de haribo dans la semaine parce que l'envie s'en fait sentir, du reste puisque tu parlais d'excellent médecin, le mien à Lyon qui à conseillé beaucoup des plus grands sportifs connus de nos jours et me répéte toujours "Surtout si tu as envie de manger un paquet de bonbon entier il ne faut surtout pas te retenir, car ensuite ça sera pire tu essaieras de compenser de toutes les façons possible et au final en mangeant beaucoup plus de sucre étalé sur un temps plus long que si tu avais mangé ce sucre dont tu avais envie à l'instant T "

Et encore une fois selon la génétique aussi, un paquet de gateau quotidien fera prendre des kg à tour de bras à un individu quand cela n'aura absolument aucune incidence sur un autre, tu n'as jamais entendu "elle/lui bouffe tout est n'importe quoi et ne prends pas un gramme comment il/elle fait??" et j'ai croisé nombre d'individus ainsi et qui pourtant ne faisait absolument aucune activité physique...

Avatar du membre
Level 10
150 messages

13 août 2017

Henkil vs benji92

quand deux extrêmes s'affrontent @onion17@

Avatar du membre
Level 11
200 messages

05 septembre 2017

benji92 a écrit : C'est bien que tu sois à fond dans le sport tant mieux pour toi mais à te lire cependant je tiens à te faire remarquer qu'il n'en ressort aucun équilibre chez toi, rien de pondéré, de tempéré. Toi tu veux foutre tout le monde au sport, leur demander de porter une attention absolue à son alimentation et d'un coup de baguette magique on aura tous le corps parfait, plus de surpoids et cie... si c'était si simple !

médecin, le mien à Lyon qui à conseillé beaucoup des plus grands sportifs connus de nos jours et me répéte toujours "Surtout si tu as envie de manger un paquet de bonbon entier il ne faut surtout pas te retenir, car ensuite ça sera pire tu essaieras de compenser de toutes les façons possible et au final en mangeant beaucoup plus de sucre étalé sur un temps plus long que si tu avais mangé ce sucre dont tu avais envie à l'instant T "

j'ai croisé nombre d'individus ainsi et qui pourtant ne faisait absolument aucune activité physique...
LOL, aucun équilible chez moi ? Euh... Je mange ce que je veux, quand je veux, des produits sains, je maîtrise mon poids, je le surveille tout en m'alimantant de produits sains, frais, en quantité raisonnable, en m'interrogeant sur "ai-je bien besoin d'ingurgiter tout cela, ou tout ceci... ai-je au moins faim en fait... ?", tout en faisant une activité physique régulière mais sereine... tout cela m'emplit de confiance en moi, de maîtrise et de bien-être, et l'image et le corps que j'ai viennent d'un contrôle de mes apétits et envies certain... Je pense être parfaitement équilibré personnellement.

Désolé de tenter de transmettre mon expérience et ma vision des choses pour tenter de motiver les gens à se bouger un peu :) La baguette magique, comme je le dis et le répète, elle existe pas. On obtient pas de résultats en 6 mois, et mes résultats persos viennent du fait que j'ai toujours fait du sport, depuis que j'ai 14 - 15 ans. Je ne vais pas me taire et me faire discret parce que j'ai une alimentation saine, et une hygiène de vie saine depuis toujours (comprendre sport, et faire attention, et savoir me maîtriser, et me contraindre à un peu de discipline parce que, oui, quand je veux quelque chose, je m'en donne les moyens. Des fois ça paye, et des fois non :) mais au moins je tente, et j'ai une conscience clean).

Tu vois, ton médecin a conseillé les plus grands sportifs :) sportifs qui font du sport, et donc qui peuvent s'enfiler des boites de bombecs sans souci (oui, le sucre est nécessaire au bon fonctionnement du muscle qui travaille) ^^ après, j'en reviens à ce que j'ai dit, si t'es en phase avec toi-même, go ahead, et vis ta vie. Par contre si tu n'es pas satisfait, work work work, ou du moins essaye, persévère, lutte. Je vois pas ce qu'il y a de mal à dire au gens de se bouger, et de persévérer.

Et tant mieux pour ceux qui bouffent comme des ogres et ne prennent pas un gramme. J'en faisais partie jusqu'à la trentaine, et ensuite mon bidou a décidé de stocker, et tout le reste a suivi. J'ai dû décider, et faire le nécessaire. J'aurais pu me dire que c'était génétique, comme mes oncles, comme ma mère m'a dit ("mon frère était comme toi aussi, tout mince, et ensuite il a pris à la trentaine, c'est de famille"), et qu'au final mon mec me kifferait comme j'étais puisqu'il m'aimait, et qu'à 35 ans, OSEF, du moment que j'étais bien :D

Bref, à l'instar des magazines et autres sites, il y aura toujours plusieurs écoles. Celle qui rassure, "assumons-nous comme nous sommes, vilaine société, ne faisons rien, le docteur a dit mange comme tu le sens, sinon tu vas compenser encore plus" à grand renfort de photos et autres sloggans sur facebook, et l'autre qui bouge, se motive, obtient les résultats qu'on peut obtenir avec le temps et les efforts qu'on peut investir, et ce que chacun peut faire avec son corps et ses limites. Avec tous les entre-deux de comprimés miracles, de méthodes révolutionnaires et autres appareils qui font fondre sans bouger du canapé et de complexes divers et variés, réels ou mal-placés, déguisés sous des "je subis tellement de pression de la société, je me sens obligé".

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité