Le fameux collègue…

Avatar du membre
Level 5
49 messages

12 avril 2018

Les NG, j’ai besoin de votre clairvoyance… Je pense que bons nombres ici vont se reconnaitre sur ce que je vais vous raconter. Vous savez, ce collègue avec qui vous rigolez bien ensemble, celui avec qui vous vous entendez mais… dont vous ne savez pas ce qu’il en pense de vous. Celui qui occupe vos pensez toutes la journée, celui dont on ne peut s’empêcher de passer plusieurs fois devant seulement pour être près de lui ou le regarder du coin de l’œil pour voir s’il vous remarque. Enfin bref, celui dont vous êtes devenu raide fou. Ben j’ai eu la malchance d’y être tomber en plein dedans…

C’est un collègue qui est arrivé au mois de juillet 2017, au début on ne se parlait même pas. Nos postes respectives ne nous amenaient pas à travailler ensemble, on se croisait très peu, voire pas du tout. Faut dire aussi que je ne faisais pas l’effort car lorsqu’il venait d’arriver, pendant la pause déjeuner il mangeait (à l’heure, pas en décaler) avec des gens que je n’appréciais pas tellement. Du coup je l’avais mis dans le même sac que ces gens-là (personnes pas intéressante), mais je l’ai surpris parfois en train de me regarder avec un visage inexpressif et l’air songeur pendant une bonne dizaine de secondes puis retourner à son plat. Je n’avais pas vraiment porter trop d’importance sur ça à l’époque… Enfin bref, voilà notre quotidien à tous les deux. On était de total inconnu. Puis vint le mois d’Août où je suis parti en vacances pendant un mois, ce qui veut dire que notre relation n’a pas du tout améliorer en deux mois.

Lorsque je suis revenu des vacances en début du mois de septembre, j’ai repris mon quotidien comme d’habitude, je salue mes collègues (vraiment tous, environ cinquante personnes à part lui, vu qu’il n’est jamais venu se présenter), je vais prendre mon café du matin, je bosse et je vais déjeuner, puis retourne bosser et finis le boulot. Et un matin, lorsque je suis arrivé au boulot, je l’aperçois à l’entrée du bâtiment discutant avec un gars avec qui il mangeait à la pause déjeuner souvent et que je n’apprécie pas tellement. Je m’avance vers le bâtiment et par politesse je dis bonjour au gars que je n’apprécie pas trop (il était face à moi) et lui il était de dos et ne m’a pas vu venir. Il montait les escaliers en même temps qu’il discutait avec le gars que je n’aimais pas. Et donc il se retourne et me fixe (avec ses beaux yeux noirs…) avec insistance. Je lui dis donc bonjour, il me rend la pareil mais continue de répondre au gars tout en me fixant et montant doucement les escaliers. On dirait qu’il était subjugué par ma présence (tellement que je suis beau ahahaha). C’était notre premier échange en 2 mois. Il me gênait pour monter donc je lui ai fait comprendre et il s’est poussé sur le côté pour me laisser passer, je lui ai souhaité la bonne journée et il a fait de même.

Et c’est là que tout a commencé !!! Depuis ce jour, mon quotidien est devenu une histoire de film américain gnan gnan. Le même jour donc, à l’heure de la pause déjeuner (j’ai tendance à manger tard, jamais à la même heure que les autres. Donc souvent quand les gens ont fini, moi je viens d’arriver), je me pose à une table, seul parce qu’il y avait le groupe de personne que je n’appréciais pas qui était encore là. Je commence à manger tranquille puis un collègue me rejoint peu de temps après. On discute ensemble et devinez qui entre ??? LUI !!! IL entre dans le réfectoire et il semblait ne pas avoir encore déjeuner. Le gars que j’apprécie peu commence une nouvelle fois de parler avec lui, il l’écoutait mais continuait d’avancer et se dirige vers ma table et nous demande s’il peut se mettre à notre table, chose qu’on répondit positivement mon collègue et moi. Il mangeait toujours avec le groupe que je n’aime pas mais à ce moment-là, il a préféré manger à ma table. On était très peu dans le réfectoire, le groupe que je n’aime pas occupait une table et un autre petit groupe une autre. Mon collègue et moi occupait une troisième table. Il a mangé avec nous et je ne sais plus comment la discussion à tourner vers les jeux vidéo et de la culture pop. Ceci dit c’était une conversation peu enthousiaste, il n’y a pas eu de rires ou d’excitation seulement des échanges banals. Cependant, ça nous a créé un point commun. Je ne l’ai pas attendu qu’il finisse de manger et je suis reparti travailler en lui souhaitant une bonne journée.

Le lendemain, en route pour mon rituel du matin (saluer mes collègues et prendre un café à la machine) je l’aperçus dans son bureau (j’y passais devant sans jamais m’arrêter avant). Et je me décide d’aller le saluer. Il me fixe toujours avec le même enthousiasme, c’est-à-dire PO-PO-PO-POKER FACE, et me dit bonjour. On n’avait pas encore instauré un début d’amitié/collègue même si on a avait déjeuner ensemble la veille et parler de choses qui nous intéressait. Donc avec gêne j’ai demandé comment il s’appelait et qu’on ne s’était pas encore présenter. Et là, il a tiré une tête étonnée et m’a dit : « ah ? Mais il me semblait que j’étais passé dans chaque service pour me présenter… » et il me dit son nom. Et je me présente à mon tour et lui dit mon poste en lui serrant la main. Je lui demande en quoi consiste son poste, il m’explique… bla bla bla d’une minute environ. Et suite à cela, je lui fais comprendre que je vais me chercher un café et que je lui en offre un s’il veut. Il accepte et blabla bla tout le long du chemin en direction de la machine, pendant que le café coule, pendant le retour vers son bureau, il me remercie pour le café et on se quitte. A la pause déjeuner (un peu plus tard que l’heure réel car je mange en décaler), je me dirige vers le réfectoire et par la fenêtre de son bureau, je le vois (je rappelle qu’il mange toujours à l’heure et avec le groupe de personnes que j’apprécie peu). Je frappe à sa porte et lui propose d’aller manger ensemble, il s’exécute tout en me regardant avec son air peu enthousiaste. Blablabla tout le long du chemin vers le réfectoire et pendant qu’on déjeune.

C’est devenu notre quotidien (en tout cas pour moi) pendant plus de 4 mois, on prenait nos cafés ensemble chaque matin, j’allais le chercher le matin à son bureau pour le saluer et on partait pour le café. Il avait adapté mon rituel, celui de saluer les collègues (car je suis comme ça). On discutait pendant la pause-café puis mangeait ensemble chaque après-midi. Oubliant presque mes collègues avec qui je déjeunais souvent avant. On ne mangeait plus que tous les deux puis parfois certains nous rejoignaient à notre table (je suis de nature très sympa, donc beaucoup de collègues m’apprécient et mangent avec moi). J’ai remarqué aussi qu’il souriait de plus en plus au fur et à mesure du temps passer ensemble. Il me raconte même très souvent sa vie, et j’aime l’écouter. Par contre il ne me demande jamais rien sur ma vie (d’un côté, je n’aime pas trop parler de moi). Bref, on ne se quittait plus, les collègues demandaient à l’un comme à l’autre quand ils nous voyaient pas ensemble : « Bah il est où ton copain ? ».

Vous allez me dire que c’est normal de bien s’entendre avec un collègue et tout. Mais ce qui est bizarre c’est que parfois quand on est seul, il me sort des choses à connotations sexuel et me regarde avec un sourire sur le coin de la bouche et avec des yeux de pervers. Comme si c’était pour me tester. Ça a commencé quand j’ai commencé à parler avec une collègue d’une pièce de théâtre qui m’avait bien fait rire parce qu’il y avait des nuances homosexuelles dedans. Et depuis, il lance des piques. Comme sortir d’un coup « je vais à cette salle de sport ! Ah et au fait j’appelle cette salle CLUD MED GAY ! » Et il le répétait plusieurs fois, voulant revenir sur le sujet parce que j’avais essayé de changer de sujets. Et ça lui arrive de sortir « Tiens, je ne dirai pas non à une petite gâterie » et il me regarde encore avec son air enjoué (il sourit vraiment plus depuis qu’on traine ensemble). Et un moment, à la machine café, je lui tends son verre de café pour la lui donner et il me remercie en disant : « Merci chéri ! ». Et on n’était pas seul, il y avait du monde, et ils ont bien entendu… Parfois, ça m’arrive de partir à la pause déjeuner à l’heure mais seulement pour sortir à l’extérieure pour me promener. Et ben j’ai su par mes collègues qu’il me demandait souvent où j’y allais. Et même parfois quand je le croisais directement, il me balance « HEY mais tu vas manger souvent plutôt depuis un certain temps ! ». C’était comme ça jusqu’à début Décembre, où j’ai un nouveau collègue (très beau, qui fait mouiller la culotte à pas mal de filles) qui est arrivé. Etant de nature très sympa, j’étais au petit soin pour lui car je voulais l’intégrer au mieux dans la boite. Du coup pendant plusieurs semaine, voir le mois entier de décembre j’ai délaissé mon beau brun ténébreux et j’ai déjeuné avec mon collègue… Disons qu’il est devenu ma priorité première : son intégration. Le problème c’est que mon collègue veut manger à l’heure alors que je suis plutôt du genre à manger en décaler. Mais étant au petit soin, j’ai mangé souvent à l’heure. Mon beau brun ne venait pas souvent lorsque je lui proposais de venir déjeuner avec nous, je voulais qu’ils sympathisent tous les deux. Ils se sont vite bien entendu et on trainait tous les trois. Notre rituel à deux s’est transformé en trois et on allait souvent déjeuner tous les trois ensembles, si bien qu’on nous a surnommé les 2be3. On s’entend vraiment bien mais j’ai senti que ça a avait cassé quelque chose avec mon beau brun… Petit à petit j’ai commencé à prendre mes distances car je pense avoir bien intégré mon collègue, il pouvait voler de ses propres ailes (je suis resté au petit soin pendant deux mois pour lui). Du coup, je n’allais plus manger à la même heure que mon collègue, je vis ma vie à mon rythme. Bien entendu mon collègue proposait toujours à mon beau brun de manger avec lui. Parfois il y allait, mais parfois il me téléphonait pour me dire : « Aller, bouge tes fesses, on va manger ensemble ! » et du coup… je rapplique quand il me demande… Je ne peux rien lui refuser… Mais comme je l’ai dit, il y avait quelque chose qui n’était plus pareil. Je mangeais avec eux mais vu qu’ils s’entendent bien et on pas mal de conversations dont je ne comprends pas le sens, je me mets à rêver de mon côté. Et quand je suis comme ça, je sens qu’il me fixe, tout en parlant à mon collègue (comme la scène de l’escalier au début, il répondait mais tout en me fixant).

Et un jour durant la pause déjeuner, mon beau brun balance comme ça… sans lien avec aucunes conversations : « au fait, je suis en couple, ça y est ! ». C’est sur ces paroles que j’ai compris que je pinçais pour lui… (je n’avais pas encore remarqué jusque-là). Les gens assis sur notre table et mon collègue étaient tous enthousiaste et posaient des questions sur sa nouvelle relation et moi j’ai balancé un : « ah c’est cool… » et j’ai souris bêtement (Je ne me contrôlais pas). Pendant son monologue, j’ai mangé rapidement et j’ai prétexté que j’avais du travail et j’ai quitté la table. Je n’étais vraiment pas bien, je ne voulais parler à personnes à ce moment-là… Lorsque la pause déjeuner fût terminer, mon collègue est remonté et… IL ETAIT VENU AVEC LUI… (en temps normal, je me serai réjoui). Il blablate avec mon collègue mais ce dernier reçut un appel aussitôt qu’il a posé son popotin et il partit rapidement, en me laissant seul avec mon beau brun… J’étais concentré sur ce que je faisais et je ne voulais même pas le regarder… Il est resté une bonne minute je pense à faire les cents pas dans la même salle que moi. On n’a pas échangé un seul mot… Et il est reparti en lançant un : « Bon ben, je retourne bosser… ». Je lui balance froidement : « Bonne journée… ». On a fini la journée comme ça, le lendemain, je me sentais mal de lui avoir faire subir ça. D’un côté ce n’est pas de sa faute s’il est en couple et c’est tant mieux pour lui. Le pauvre partageait son bonheur et moi je me vexe… Du coup la veille j’ai réfléchis quoi lui dire pour expliquer mon comportement. Du coup, dès que j’ai eu l’occasion, je suis allé le voir et m’excuser de mon comportement froid et que c’était dû aux remarques négatives sur mon travail (ce qui est FAUX, c’était juste un prétexte). Il a accepté mes excuses et dit qu’il comprenait, et qu’il avait remarqué que j’étais devenu froid après la pause déj’. Et tout est reparti à la normal. On s’entend tous les trois aussi bien, sauf qu’à cause du travail, rare fois je vais manger avec mon collègue, du coup je garde mes habitudes. Mais je rappelle toujours mon collègue qu’il peut demander à mon beau brun de manger avec lui et que ça ne me dérangeait pas. Et ben vous savez quoi... ? Quand je passe dans les couloirs, une demi-heure après mon collègue, mon beau brun est toujours dans son bureau… je lui propose de manger ensemble et il me rejoint. Mais pour ce qui est du rituel du café, on l’a un peu perdu. Quand je lui propose, il a déjà pris, il ne m’attend plus. Mais quand il me voit arriver au travail, il me demande : « café dans 5 minutes ? », chose que je réponds positivement mais parfois durant ce lapse de temps je m’éclipse quelque part pendant 20 secondes, il ne me trouve pas, il va prendre son café seul. J’ai l’impression qu’il m’évite donc j’ai décidé de faire pareil et de vivre ma vie… Je ne lui dis pas bonjour en arrivant, je propose un café à intervalle réduit… Mais il revient vers moi avec ses petites intentions qui le font craqués… Il vient rarement me dire bonjour le matin, ça toujours été moi qui faisait le premier pas… Donc quand la veille j’étais très peu dispo pour lui, il vient me dire bonjour le matin, me propose de prendre le café, etc… A la pause déj, on déjeune ensemble, parfois on va parler tous les trois bien ensemble, parfois ils parlent de choses que je ne comprends pas avec mon collègue. Du coup, je suis dans ma bulle dans mon coin, je ne parle pas et je quitte la table avant eux pour retourner bosser. Il vient par la suite me proposer un café par sms. Chose qu’il ne fait pas quand on se quitte joyeusement. On a aussi reparlé de son histoire de couple… Il avait l’air gêné et j’ai cru comprendre qu’il n’était pas en couple au final… Je n’ai pas insisté sur la chose…Donc il est célibataire…

Du coup, un soir j’ai pris mon courage à deux mains et je lui ai proposé un ciné après le taffe, sauf que monsieur a un emploi du temps de ministre. Première fois il n’a pas refusé catégoriquement mon invitation. Il a simplement répliqué avec un : « ouais ben faut trouver un créneau… avec mon emploi du temps ça va être short… » et je lui ai dit : « Perso, ce soir je ne fais rien… » (et je sais qu’il n’avait rien de prévu et qu’il devait dormir tôt à cause d’une compétition sportive le lendemain). Il a répondu qu’il vaut mieux que j’aille le voir seul car il est très occupé en ce moment. Je n’ai pas insisté… Du coup, j’essaye de vivre ma vie de mon côté, en pensant moins à lui (être au petit soin). Mais il revient vers moi avec ses petites intentions… Rien que le fait de venir me dire bonjour à moi, ce qui veut dire qu’il doit passer dans mon service et saluer tout le monde (dont il n’aime pas). Et il me propose le café qu’à moi…

J’ai appris par la suite, que beaucoup de mes collègues femmes le trouvent bizarre, qu’ils n’arrivent pas à le cerner. Certains ont remarqués qu’il était très différent avec les collègues garçons et avec les filles… Elles ont bien insistés sur le fait qu'il a 33ans et qu'il est célibataire... En colocation... Je leur ai répondu en quoi c'était dérangeant et que moi je l'aimais bien! (on ne dit pas du mal de mon beau brun au regard inexpressif...). Mais avec du recul et en y repensant, j'ai l'impression qu'elles voulaient me dirent qu'il était probablement gay...

Vous en pensez quoi les NGs ? Je dois continuer de creuser ou je dois passer à autre chose ? Je vous rassure que je ne suis pas amoureux mais ça m'arrive qu'un soir, su mon lit, je serre très fort mon polochon et que je me fais des films où il est l'acteur principal. @onion26@
Merci de m’avoir lu et j’attends avec impatience vos remarques ! La bise ! :)

Level 5
40 messages

12 avril 2018

Salut Natyate,
Il y a pleins de choses intéressantes dans ton texte, tout d'abord pour moi, il a su très vite que tu étais gay. Te titiller comme ça, c'est pour jouer, et les bruits de couloirs vont très vite...
Ensuite, si c'est un joueur de jeux vidéos, dis lui que toi aussi tu joues, et que tu as trouver une petite communauté francophone où tu passes de bons moments parfois.
Dernier point, c'est peut être un curieux qui veut essayer, donc se rapproche, mais pas assez courageux pour franchir le pas.

Mais tout ceci ne sont que des suppositions, tu risques quoi à prendre un râteau ? Que votre amitié en prenne un coup? Ou tu préfères serrer ton polochon pour les soirées à venir?

Hâte de te lire et de connaitre la suite de l'aventure dans tout les cas^^

Avatar du membre
Level 8
104 messages

12 avril 2018

Ah ouais, tu as délaissé N°1 pendant plusieurs semaines pour être aux petits soins de N°2. Pas étonnant que N°1 te le fasse payer d'une manière ou d'une autre, vu qu'il t'a vu faire avec N°2 exactement ce que tu faisais avec lui quelques semaines plus tôt :p

Plus sérieusement, il aurait fallu éclaircir les choses plus vite (demander à N°1 "des fois j'ai l'impression que tu me dragues" ou un truc du genre), parce qu'à mon avis, ça va vite se transformer en grosse perte de temps et d'énergie.
Je sais, c'est plus facile à dire qu'à faire blablabla mais c'est le moyen le plus efficace pour passer à autre chose, ou à l'étape suivante!

Avatar du membre
Level 8
115 messages

12 avril 2018

Ah la la je comprends tellement, en effet ça nous est tous arrivé au moins une fois ! Ca m'arrive d'ailleurs à nouveau depuis quelques temps, un beau mec qui parfois me lance des sourires et me regarde droit dans les yeux, parfois m'ignore totalement. Bon maintenant c'est plus souvent, il m'ignore totalement..

Enfin bref, on est tous pareil, on retombe à comme si on avait 15 ans et les papillons qu'on a devant les yeux nous empêchent de voir correctement. OH LA LA je repense seulement à l'instant que ça m'était arrivé à deux reprises de finir par en parler ouvertement / demander à un mec ce qu'il en était etc je suis fou ma parole, je n'oserais même plus ça aujourd'hui j'pense ha ha ha ^^'

Mais oui c'est clair que le seul moyen d'en avoir le coeur net, c'est de faire en sorte de faire avancer les choses avec lui. Plus facile à dire qu'à faire c'est clair. Déjà d'avoir proposé un ciné et tout, c'est très chouette ! Bravo ! Tu as osé des choses que je n'oserais pas lol

De toute façon, je finirai là dessus, il faut savoir faire preuve de lucidité : si tu ressens ce genre de choses et si tu te poses des questions, c'est que tu as de bonnes raisons de t'en poser, c'est tout. Une fois, je me suis dit "compare tout simplement avec le genre de relations et de contacts que tu as avec tes autres collègues masculins" est-ce qu'un tel qui est un vrai hétéo marié deux enfants et beauf à souhait te faire de grands sourires en te regardant dans les yeux ? Bah non, pourquoi il le ferait ?? Par gentillesse ? Meuuuh non ! Donc voilà CQFD :)

Je vais peut-être me bouger et essayer de faire avancer les choses avec le mien, tiens :P

Avatar du membre
Level 4
33 messages

12 avril 2018

Tu as raison NatyAte ça me rappelle quelque chose :D
Je trouve la situation déjà bien avancée, à mon sens il serait dommage de lâcher maintenant.
Montre lui que tu penses à lui :
Envoi lui un email par erreur genre "désolé je me suis trompé de destinataire, ça doit parce que je pense trop à toi" ou arrive avec des viennoiseries et donne lui en une en disant "j'en ai pris exprès une de plus pour toi" bref sois charmant tout plein.
Si finalement il ne veux pas aller dans ton sens tu resteras le collègue sympa qui a apporté des croissants. ;)

Avatar du membre
Level 23
786 messages

12 avril 2018

Eh ben quel soap c'est mieux que Melrose Place.

Je trouve personnellement délicat de papillonner sur le lieu de travail, de plus les éventuels refoulés qui s'amusent avec les gays comme des bêtes de foire pour valoriser leur ego de beauf franchement no thanks.

J'imagine que pas mal de situations sont le fruit de ton ressenti et qu'à force de courir eh bien on s'essouffle.

Si j'étais à ta place je parlerai de tout en dehors du cadre du travail de manière concrète en essayant de mettre tout affect de côté afin de ne pas édulcorer la vérité.

Donc es tu prêt à un refus catégorique ? Es tu prêt à te t'apper quelqu'un de non encore outé qui est donc dans un cheminement sûrement moins avancé que toi ? Quelles conséquences dans ton environnement de travail ?

Voilà voilà, bon courage et bien entendu je te souhaite le meilleur si d'usage cela débouchait sur une belle relation qui sait ?
Image

Avatar du membre
Level 5
49 messages

13 avril 2018

Merci d'avoir pris le temps de me lire et de m'avoir répondu! @onion8@
Tuc a écrit : Salut Natyate,
Il y a pleins de choses intéressantes dans ton texte, tout d'abord pour moi, il a su très vite que tu étais gay. Te titiller comme ça, c'est pour jouer, et les bruits de couloirs vont très vite...
C'est ce que je me suis dit au début mais quand même... Mes autres collègues hommes avec qui je m'entends aussi, ne me font pas ce genre de propos... Moi je le prends comme un test et ensuite il évalue ma réaction à cela. Si je souris = Gay, si je réplique comme un beauf= Hétéro.
Tuc a écrit : Mais tout ceci ne sont que des suppositions, tu risques quoi à prendre un râteau ? Que votre amitié en prenne un coup? Ou tu préfères serrer ton polochon pour les soirées à venir?
Je ne pense pas qu'il me considère comme un ami. On ne fait rien en dehors du boulot. Il répond avec des messages courts à mes messages (ceci dit, mes messages ne demandent pas de réponses. Je partage seulement des photos ou des articles drôle). Et il me dit souvent: "On n'est pas là pour se faire des amis mais pour bosser..." avec un sourire. Pour ce qui est de la peur du râteau, je pense que je me suis prit un déjà non? Son refus à mon invitation pour le ciné, ce n'était pas plutôt une façon de décliner avec sagesse?
Gamer Daddy a écrit : si tu ressens ce genre de choses et si tu te poses des questions, c'est que tu as de bonnes raisons de t'en poser, c'est tout. Une fois, je me suis dit "compare tout simplement avec le genre de relations et de contacts que tu as avec tes autres collègues masculins" est-ce qu'un tel qui est un vrai hétéo marié deux enfants et beauf à souhait te faire de grands sourires en te regardant dans les yeux ? Bah non, pourquoi il le ferait ?? Par gentillesse ? Meuuuh non ! Donc voilà CQFD :)
Mais c'est tellement ça! Mes autres collègues hommes ne m'ont jamais regarder avec insistance ni même faire des choses qui pourrait penser que... Et quand je l'ignore, il revient vers moi... Mon collègue je peux sentir qu'il n'en a rien a branlé. Il fait sa vie même si je l'ignore, jamais de sous entendu. Alors que mon beau brun...

Randragon a écrit : Tu as raison NatyAte ça me rappelle quelque chose :D
Je trouve la situation déjà bien avancée, à mon sens il serait dommage de lâcher maintenant.
Montre lui que tu penses à lui :
Envoi lui un email par erreur genre "désolé je me suis trompé de destinataire, ça doit parce que je pense trop à toi" ou arrive avec des viennoiseries et donne lui en une en disant "j'en ai pris exprès une de plus pour toi" bref sois charmant tout plein.
Si finalement il ne veux pas aller dans ton sens tu resteras le collègue sympa qui a apporté des croissants. ;)
Je l'ai déjà fais... Je lui ai offert du chocolats pour le rebooster car il n'était pas tellement dans l'entente avec ses collègues, il y avait une certaine tension entre eux... Du coup je suis arrivé avec ma petite boite de ferrero et je l'ai lui tendu. Il m'a demandé: "en quel honneur?" Et je lui ai expliqué la raison. Il les a fini assez rapidement! :) Et aussi, on a eu une nouvelle machine à café (nespresso). Du coup on a le droit de l'utiliser à condition de ramener nos propres capsules. Pendant les deux premiers jours, on utilisait des gobelets pour boire notre café... Ben du coup, j'ai acheté une petite tasse pour lui, et je l'ai lui offert. Il l'utilise tous les jours (on a le même, j'ai acheté le même pour moi @onion26@ ). Je lui montre beaucoup que je pense à lui...
Lake a écrit : Je trouve personnellement délicat de papillonner sur le lieu de travail, de plus les éventuels refoulés qui s'amusent avec les gays comme des bêtes de foire pour valoriser leur ego de beauf franchement no thanks.
C'est dommage de penser comme ça. Si on se prive de tous moyens de rencontres, on n'est pas sorti de l'auberge, nous les GAYS. C'est tellement plus difficile de trouver l'âme soeur chez les gays. Entre les: Je bannis les applis, les sites de rencontres, le marais et le travail. Je ne vois pas comment on peut trouver l'amour si on s'interdit de tout, on ne contrôle pas nos sentiments. :)
Lake a écrit : J'imagine que pas mal de situations sont le fruit de ton ressenti et qu'à force de courir eh bien on s'essouffle.
Tu penses que je me fais des films? @onion16@ Parce que avant qu'il balance devant tous qu'il est en couple, je n'avais pas conscience que je pinçais pour lui. Hors pas mal de signes que j'ai remarqué ont commencés bien avant... @onion2@
Lake a écrit : Donc es tu prêt à un refus catégorique ? Es tu prêt à te t'apper quelqu'un de non encore outé qui est donc dans un cheminement sûrement moins avancé que toi ? Quelles conséquences dans ton environnement de travail ?
Ben je pense que je me suis déjà pris un rateau non? L'épisode du refus d'y aller au cinéma ensemble. @onion22@ Et personnelement je ne peux pas le juger sur son avancement de son acceptation comme étant homosexuel. Chacun à son rythme. Et je rappelle que je ne suis pas amoureux et au final je ne suis pas mal au point et dépressif à cause de lui. Je vis ma vie de mon côté, mais j'aime passer du temps avec lui et j'ai l'impression que c'est réciproque. Et les conséquences au sein du travail, il y en a pas tellement, on ne travaille jamais ensemble, ma salle et la sienne sont opposés et dans différent bâtiment. En faite, on ne se croise jamais si on ne fait pas l'effort d'aller voir l'autre. Mais si jamais on se met ensemble, on ne va pas non plus afficher notre amour, on restera discret (du moins pour mon cas...)
____________________________________________________________________________________________

[MàJ] - J+1 après le roman sur NG:

Alors ce matin je suis arrivé plutôt à mon poste. Il arrive souvent en retard (il est cadre et c'est un responsable de service). Du coup j'ai pris mon café et je me suis mis au boulot. Mes collègues défilent petit à petit devant moi et l'ambiance dans la salle est devenu très productive. 9h50, je reçois un appel dont je réponds hors de vue de mes collègues, j'ouvre donc ma porte. Et qui voilà...je tombe nez à nez avec mon beau brun, main droite prêt à toquer, capsule CARTE NOIRE à la main gauche. J'avais mon combiné à l'oreille et il me fait signe en montrant du doigt sa capsule de café et en chuchotant:" CAFFETINO?" (c'est sa façon de proposer un café ensemble). J'ai répondu négativement, mais ayant le combiné à l'oreille, je ne sais pas si j'ai été assez claire et je suis parti répondre à mon appel. Il s'est bien passé 5mins environ, je retourne à mon bureau et il était encore là. Il était entrain de discuter avec ma collègue et quand je suis entré, il m'a regardé et m'a de nouveau proposer: "CAFFETINO?". Je lui dis que j'en ai déjà pris un et lui balance une vanne gentiment avec le sourire: "Tu sais, on n'a pas tous la chance de venir à l'heure qu'on veut... Moi, à 9h30 faut que je sois à mon poste...". Il rigole et essaye de s'expliquer pourquoi il arrive souvent à 9h50. Je retourne bosser, il finit sa conversation avec ma collègue puis repart en nous souhaitant de passer une bonne journée. On ne s'est pas recroisé jusqu'à la pause déjeuner. Mon collègue et ma collègue parti à l'heure, mais j'avais des choses à terminer, du coup je suis parti au réfectoire vers 13h40. Mon beau brun était assis à la même table que mon collègue et ma collègue mais je ne me suis mis à l'opposé de lui. Donc il était difficile de se parler. Avec nous il y avait une autre collègue que j'aimais bien et avec qui on a beaucoup échangé durant la pause déjeuner. En gros, on ne s'est pas parlé du tout avec mon beau brun et lorsqu'il disait quelque chose... J'étais dans mes pensées et je n'arrivais pas à écouter, du coup je ne participais pas et ne relançais pas ses discussions (chose que je ne fais jamais). Puis il s'est levé pour partir, mon collègue et ma collègue l'a suivit mais je suis resté 5 minutes de plus afin que la fille avec qui je parlais finissais son dessert. Je suis retourné à ma salle, mes collègues n'étaient pas encore revenu, j'étais seul. Je fais mes trucs et là, devinez qui arrive... oui... Monsieur TENEBREUX: " CAFFETINO?", je n'ai eu le temps de répondre que mes collègues sont arrivés et lui ont demandés:" Tu vas prendre un café?". Chose qu'il répliqua positivement. Il m'a regardé et m'a demandé:"Alors?", j'ai hésité puis finalement j'ai dit non et je lui ai souris... C'est peut être mon imagination... mais on aurait dit qu'il était déçu. Et donc mes collègues ayant pris leurs capsules, sortent de la salle et lancent à mon beau brun: "Aller go!". Mon beau brun sort de la salle à reculons et me demande avec une petite voix: "Tu es sûr que tu ne veux pas venir?" en me regardant avec ses grands yeux noirs... @onion1@ Et je lui réponds en lui souriant: "Non, pas trop envie de café." et puis il lance un: "Bon okay..." et ressort en fermant la porte. Et on ne s'est plus recroisé de la journée. J'entendais qu'il rigolait avec mes collègues de l'autre côté mais je ne prêtais pas plus d'attentions que ça.

FIN de l'épisode J+1

Question:

1)Vous ne trouvez pas son comportement bizarre? Pour l'épisode du café à la fin, s'il n'était pas gay, ni quoique ce soit, il aurait réagit comme mon autre collègue homme (celui que j'ai chouchouté pendant 2 mois). Il m'a entendu que je ne voulais pas de café et il n'a pas cherché de midi à 14h pour me demander à nouveau. Il fait sa vie mais mon beau brun a un comportement bizarre... @onion16@

2) Rien à voir, mais comment trouvez-vous ma façon d'écrire? Je suis un écrivain en herbe, et j'essaye de trouver ma plume... @onion2@

Level 5
40 messages

13 avril 2018

moi je suis ultra fan de l'écriture, meme si quelques fautes de conjugaison parfois, mais je ne peux pas te reprocher les fautes, j'en fais également beaucoup.

Sinon, mais tu attends quoi?????? tu l'a repoussé 3 fois !!!! il va se décourager, retente ta chance avec un ciné, quand vous n’êtes que 2. Le 3eme coups quand il te demande si t'es vraiment sure de pas vouloir venir, c'est qu'il veut au moins parler.... du coup, tu n'as plus qu'a jouer le mec exténué un soir, qui veut aller boire un verre au lieu du ciné.
tu m'as achevé!!!! Trop hâte de lire le prochain épisode.

Avatar du membre
Level 5
49 messages

13 avril 2018

merci Tuc. Je vais essayer de faire attention aux fautes de conjugaisons.
Je l'ai déjà demandé une deuxième fois pour le ciné. Le week end de la semaine suivante que j'ai proposé, il devait aller le voir au ciné car un pote à lui, lui avait conseiller. Mais il n'est pas allé le voir finalement. Le jeudi qui suivait ce fameux week end, je lui ai donc demandé comment était le film, c'est à ce moment là que j'ai su qu'il ne l'a pas vu. Bref j'ai parlé du film avec beaucoup d'enthousiasme et j'ai dis clairement que j'irai le voir une deuxième voir une troisième fois. ( C'est le film READY PLAYER ONE). Et je lui dis:" si tu veux, on va le voir ensemble!". Il me ressort:"Faut se trouver un créneau".
Pour moi c'est un deuxième rateau... Et depuis on n'en a pas reparler... Je n'ai pas envie de jouer les lourdingues...

Avatar du membre
Level 8
115 messages

13 avril 2018

Ouais franchement, je pense que tu te mets toi-même des bâtons dans les roues. Comme si tu tenais absolument à ce que ça foire. Non mais attends, franchement, le beau mec sur quoi je flash au boulot, s'il débarquait pour me proposer un café, mais même si je déteste ça, je lui dis oui <3 *papillons dans le ventre* ha ha ha :D pour le coup je ne te comprends pas trop... et après tu dis que comme il refuse ton ciné, tu te prends un râteau. Disons qu'il a sans doute plus d'excuses possibles de ne pas pouvoir aller au ciné avec toi que toi de refuser prendre un café avec lui "juste parce-que t'as pas envie de café" mais on s'en fout que tu n'as pas envie de café, t'as envie de partager un moment avec lui, non ? Alors GO ! Bon sang de bois ! :D

Ca me paraît évident vu tout ce que tu racontes qu'il y a un intérêt manifeste de sa part envers toi. Comme je t'ai dit et que tu m'as cité, n'importe quel autre mec à ton taf ne réagirait pas comme ça donc tout le reste coule de source. Après, faut être honnête, ça ne dévoile absolument rien sur ses attentions. Est-ce qu'il est hétéro mais tenté/séduit ? Gay mais déjà en couple ? Il n'ose peut-être pas se retrouver seul à seul avec toi donc il tente les cafés etc mais le ciné, il est plus frileux.

Bref, arrête de refuser ses CAFFETINO (c'est trop mignon XD) et passe du temps avec lui, même si pour l'instant c'est au taf.
Hâte de lire aussi le prochain épisode ;-)

Avatar du membre
Level 23
786 messages

13 avril 2018

Je suis désolé de jouer le rabat joie, mais bizarrement pour autrui j'y arrive mieux que pour moi-même.

(Ah oui déjà Nat, j'ai toujours adoré ton avatar, bref je ne pense pas te l'avoir dit).

Personnellement je ferai tout pour me préserver à ta place, même concernant l'emballement ressenti.

J'avais bien compris qu'il avait refusé le rendez-vous au cinéma, mmh peux-tu provoquer une nouvelle occasion ? Parce que vous allez finir par détrôner Georges Clooney.

J'estime que l'on est quand même adulte et mature et s'il y a de l'intérêt mutuel ça vaut le coup de donner matière à la romance de surface.

Si j'étais ton ami je te dirais de te protéger, malgré ce cadre au demeurant mignonnet. En plus genre s'il match avec toi hors cadre pro, genre vous finissez par ravoir un rapport intime, imagine après que ça ne se passe pas bien tout ça ... je ne sais pas ça me paraît tellement épineux (rumeurs et consort).

Mmh voila, je te propose d'être plus dans l'action que dans le ressenti, provoque plusieurs occasions de verre après le boulot (mieux que le ciné hormis si c'est après et que .. tu souhaites un rapprochement).

Je n'ai jamais utilisé les applis mais il y a peut-être des sites également qui peuvent permettre des rencontres safes. J'ai bien compris que tu étais sur ce crush actuellement.

Désolé de briser un peu le mood mais de loin, je ne te veux que du bien lol, je te souhaite un bon courage.

Lake
Image

Level 5
40 messages

13 avril 2018

je ne suis pas d'accord avec Lake sur le fait de se préserver. Nous n'avons qu'une vie, profitons en. et si ça se passe mal entre vous ensuite, tu l'as dit Nat, vous n’êtes pas dans le même service ni dans le même bâtiment....
Mais bon, comme cela a été dit, c'est toujours plus simple de dire aux autres comment faire, que de faire soit même ^^ ;-)
bises et courage Nat!

Avatar du membre
Level 5
49 messages

13 avril 2018

Je suis bête... Je n'ai pas vu la chose dans ce sens. C'est vrai que c'était intentionnel de ma part de l'avoir refusé 3 fois. J'aimerai que ça le titille un petit peu et qu'il chérisse nos moments café à deux comme moi je le fais. Du coup c'était une sorte de "petite" vengeance, mais à vous lire, j'étais con. Je n'ai pas pensé que le plus important était de passer le moindre moment avec lui, peu importe la raison. Je me sens tellement mal. Mais de toute façon je l'ai payé aujourd'hui...

______________________________________

[MàJ] - J+2 après le roman sur NG:

J'arrive au boulot aujourd'hui, je passe devant son bureau, il était entrain de poser ses affaires. Il semblait être arrivé peu avant moi, aujourd'hui il avait enlevé ses lentilles et portait sa paire de lunette noire qui lui rend tellement sexy et geek que j'adore. @onion1@ Il ne m'a pas vu (il ne me voit jamais arrivé de toute manière), je l'interrompe dans ses affaires en lui disant bonjour. Il me regarde à peine et me salue à son tour. Je ne suis pas rester pour discuter non plus car je n'étais pas très bien physiquement. Depuis la veille j'ai eu une douleur à l'épaule droite et tout le long des muscles situés le long de la colonne vertébrale. Pas de "CAFFETINO?" venant de sa part et on ne s'est pas croisé de la matinée. (Je rappelle qu'on n'est pas du même service ni dans le même bâtiment et qu'il n'a nul besoin de venir dans mon bâtiment pour travailler). Mon épaule et mes muscles vertébraux me faisaient mal, j'avais acheté des patchs chauffantes anti-douleurs mais je ne pouvais pas les mettre moi même. Je n'osais pas non plus demandé à mes collègues, je n'ai pas envie qu'ils me voient nu alors qu'on est H24 ensemble. Enfin bref, je prends sur moi... Puis vint une idée de génie! @onion5@ J'ai envoyé un message à mon beau brun lui demandant s'il pouvait me rendre un service et s'il pouvait se libérer un moment durant la pause déjeuner. L'idée était de me réconcilier avec lui, peut être me rapprocher de lui en me mettant torse nu devant lui et lui demandant de me coller ces patchs chauffantes. Pas de réponses de sa part, 13h40 je descends toujours en ayant ces douleurs au dos et à l'épaule. Et là qui je vois au réfectoire? Mon beau brun qui était déjà en train d'entamer son dessert...Assis avec d'autres collègues (il n'a pas déjeuner avec mon collègue, celui avec qui j'étais au petit soin). IL NE M'A MÊME PAS ATTENDU OU APPELER! Il ne m'a jamais fait cela auparavant mise à part quand il avait une grosse réunion ou autre... J'ai déduis qu'il m'a totalement ignoré et que j'ai dû le vexer hier... Je me prends donc une petite assiette, je n'avais pas faim à cause de ma douleur mais il fallait bien s'approvisionner... Je m'assois à une table de lui pile en face de sa vision mais où il peut me voir seulement de profil. Pendant que j'essayais de manger, je m'étirais souvent le dos et bougeais mon épaule afin de faire disparaître la douleur et c'était quasiment ma préoccupation principale. Au point que les gens autour de moi m'ont demandé ce que j'avais, je leur explique donc et une fille me propose de me masser le dos car elle savait ce que j'avais et qu'elle connaissait où masser pour atténuer la douleur. Et il s'avérait que ça a marché, elle m'a massé pendant environs 2 minutes et la douleur était moins importante. Et tout ça, sous les yeux de mon beau brun ténébreux (il est tellement beau). La fille me propose un médicament anti-inflammatoire, j'ai refusé en lui expliquant que j'avais acheté des patchs chauffante anti-douleurs mais que je n'osais pas demander aux gens de me les coller. Elle se propose gentillement, elle finit son dessert et on décide de remontrer ensemble pour le faire (je suis rester au réfectoire environ 10mins à tout casser). Je débarrasse mon assiette donc le chariot était juste près de mon beau brun, sauf que je ne l'ai pas du tout regarder ni parler. Au moment de franchir la porte, j'entends quelqu'un crié mon prénom. Je me retourne...et qui c'est? Ma capsule de café du matin, mon beau brun qui m'avait appelé. Il se dirige vers moi et me rejoins. Il m'explique qu'il n'avait pas vu mon message car il était avec un tel et un tel et me demande ce que je voulais. Je lui explique donc tout l'histoire et il me dit: "ah ok, et tu as trouvé quelqu'un pour te les mettre?". J'ai répondu que oui, la fille allait s'en chargé. Il l'a regardé (toujours avec son visage inexpressif) et a dit: "ah d'accord..." et je l'ai quitté en lui disant:"Tchouss". Il a fait de même et on ne s'est pas recroisé de la journée. Vers 18h je décide de partir, je passe devant son bureau et j'étais enthousiaste de lui souhaiter un bon week end. Malheureusement, ses affaire y étaient encore mais pas la personne (je sais qu'il est aux toilettes à cette heure ci et quand son bureau est grand ouvert comme ça. Oui je suis un stalker). Du coup je m'arrête exprès au comptoir de l’accueil et je discute avec la fille qui est derrière. J'ai fais exprès de parler un peu plus fort que d'habitude, histoire qu'il entende ma voix. Figurez vous j'ai entendu la porte s'ouvrir, mais étant de dos, je ne l'ai pas vu mais j'ai su que c'était lui, je reconnais son odeur. @onion26@ Son bureau qui est situé non loin, j'entendais qu'il rangeait vite ses affaires par rapport à d'habitude. Je continue un peu la discussion avec la fille de l’accueil, histoire de lui laisser le temps de me rattraper puis je descends les escaliers. En bas, il y avait la fille qui m'avait masser, elle me demande si je voulais qu'on me dépose quelque part à cause de la grève. Faute de place dans la voiture, l'affaire a été vite régler. Et derrière moi j'entends d'une voix douce:" Je t'aurai bien raccompagner mais j'ai qu'un seul casque...". C'était ma capsule de café du matin. @onion24@ Il me regarde, je fais de même et je lui dis que ce n'est pas grave. Je le quitte en souhaitant tout le monde un bon week end puis je pars de mon côté.

Au final, je pense qu'on a fini par faire la paix... J'ai dû le vexer hier soir et il a prit ses distances. Je ferai de mon mieux pour me rattraper la semaine prochaine. :)
FIN de l'épisode J+2
Question:

Alors les NG, comment trouvez-vous son comportement d'aujourd'hui? Pensez-vous qu'il a été vexé? Je me suis rattraper à la fin ou pas?
@onion19@ @onion19@ @onion19@ @onion19@ @onion19@ @onion19@ @onion19@ @onion19@ @onion19@ @onion19@ @onion19@
Modifié en dernier par NatyAte le 16 avril 2018, modifié 1 fois.

Level 5
40 messages

14 avril 2018

NatyAte a écrit : je sais qu'il est aux toilettes à cette heure ci [....], je reconnais son odeur.
Merci Naty, tu m'as fais hurler de rire...

Et puis tellement heureux de te lire !

Pour le coup, et c'est bien une première, mais j'ai hâte d’être à lundi soir...

Alors, en général je n'ai pas froid aux yeux, mais le coup des patchs, je n'aurais jamais osé....
Et achète un casque pour lundi !!!^^

Avatar du membre
Level 5
49 messages

14 avril 2018

Ahaha mais non! Il ne sent pas les toilettes!

Pour le coup des patchs ce n'était pas mon intention première mais je me suis dis que ça pouvait faire une pierre trois coups. Nous réconcilier car ça peut nous recréer un lien, le draguer en montrant mon torse ou le faire fuir. Et troisième, être claire sur le fait qu'il soit attiré par les hommes ou pas. Dommage qu'il n'a pas pu lire mon message à temps ( ou c'était intentionnel car il me bordait).

Mais on est d'accord qu'il n'a pas refusé ! Il m'a même demander si j'avais trouver une personne pour les patchs. Je suppose qu'il se sera proposé si je n'avais pas dis que la fille était volontaire. :)

Pour le coup du casque... Je pense que je vais zapper. J'ai peur en moto...

Avatar du membre
Level 23
786 messages

14 avril 2018

@Tuc :

Se préserver et être pragmatique vont pour moi de paire.

Je n'ai jamais recommandé de ne rien entamer j'ai d'ailleurs soumis l'idée d'arrêter de tourner autour du pot et de provoquer une rencontre digne d'adultes responsables et non de midinettes.

@NatyAte :

Ah non mais le coup du stalker qui connaît les horaires des toilettes euuuuuh digne d'une fan de Kpop Sasaeng !
Image

Avatar du membre
Level 8
115 messages

15 avril 2018

Vous êtes vraiment trop mignons toi et ton beau brun ténébreux ^^ même si parfois tu loupes certains occasions... Mais ça évolue pas mal verdict lundi après deux jours sans vous voir hahaha :D

Avatar du membre
Level 5
49 messages

16 avril 2018

Lake a écrit : Je n'ai jamais recommandé de ne rien entamer j'ai d'ailleurs soumis l'idée d'arrêter de tourner autour du pot et de provoquer une rencontre digne d'adultes responsables et non de midinettes.
Pour le coup je ne te comprends pas trop... @onion35@ Tu me conseilles de provoquer une rencontre d'adultes responsables... POur moi l'invitation au cinéma est un pas vers ce genre de provocation, mais il a refusé. L'idée de cette invitation était de se voir en dehors et apprendre à se connaitre... Je ne vois pas ce que tu veux dire..."


Vous trouvez que ça évolue dans le bon sens? Moi je n'ai pas l'impression... Il est peut être simplement gentil. Vous savez en prenant du recul et en y réfléchissant plus, je ne vous raconte que les choses positives, qu'il fait ou que je vois. Mais en faite, il y a aussi quelques points négatifs. Comme par exemple, le simple fait qu'il ne vienne pas à mon bureau pour me dire "au revoir" alors que je le lui dis tous les soirs. Pourtant il vient souvent exprès à mon bureau pour me dire bonjour (je suppose...). Ça lui arrive de me proposer de boire un "CAFFETINO", chose que je réponds positivement et qu'on se donne rendez-vous devant la machine dans 5 mins. S'il ne me voit pas, il prend son café et se casse et quand j'arrive devant la machine et que je ne le vois pas, je vais le voir à son bureau et je lui demande: "Tu ne veux plus de café?" et il me répond en me tendant le verre que je lui ai offert: "Bah je ne t'ai pas vu, du coup je l'ai pris sans toi." Et il sourit après ça. Bien entendu ça me fait chier car j'ai l'impression qu'il se fout de moi... Je lui réponds donc soit par:"Oh tu fais chier..." et je me casse, soit par: "Tu te fous de moi?!" et il sourit et il répond souvent:"Bah tu n'étais pas devant...". Le fait aussi qu'il ne me demande jamais rien sur ma vie, alors que moi j'essaye de le connaitre un peu plus en posant des choses qu'il fait à l'extérieure du boulot...etc...

J'ai aussi remarqué qu'il ne m'appelle jamais par mon prénom, voir très rarement. Souvent quand il veut me parler c'est:"Hey!", "Comment va le père + mon nom de famille", quand il s'adresse à d'autres: "Le petit va manger plus tôt en ce moment". Il ne m'a jamais dit un mot gentil sur moi, j'ai limite l'impression qu'il s'en fou de ma personnalité, en faite il a l'air de s'en foutre de tout... Je lui fais souvent des compliments, je lui dis qu'il a de beau bras musclés, que ses lunettes lui vont bien, je vois quand il s'est coupé les cheveux et je le lui fais remarquer en le complimentant.

Enfin bref...

__________________________________________________________________________

[MàJ] - J+5 après le roman sur NG:

Ce que vous avez lu depuis c'était ce qui a le plus jouissif dans "notre" relation. Une vrai journée se passe comme ça...
En ce beau matin, j'arrive au travail plutôt que prévu, environ 9h. Bien entendu mon beau brun n'est pas encore arrivé, c'est beaucoup trop tôt pour lui. Je me pose tranquillement sans prendre de café (je l'attends bien sûr) et je fais mes petits trucs en attendant. Mes collègues arrivent chacun leurs tours jusqu'à être au complet. Etant un peu impatient de le voir après les commentaires positifs de votre part, je scrutais mon horloge toutes les 5 minutes. Sachant a peu près la tranche horaire à l'heure qu'il arrive, je prends ma tasse de café, une capsule et je passe dans l'autre bâtiment où se trouve son bureau histoire de faire genre que je vais me chercher de l'eau. Sauf qu'en vérité c'était pour voir s'il était arrivé. Bizarrement, il est plus en retard que d'habitude, je décide donc de continuer mon rituel de salutations du matin et finis par me retrouver devant la fontaine d'eau. Je prends un peu d'eau et je rebrousse chemin jusqu'à mon bureau. Sur le chemin je tombe sur une collègue que j'aime beaucoup, je me dirige vers ma salle avec elle (car elle est du même bâtiment que moi). Le temps total est d'environ 10 minutes. Bien entendu sur le chemin du retour, je passe devant le bureau de mon beau brun et ses affaires étaient là. Un sourire dans ma tête se dessine, j'imagine dans quelle salle il peut se trouver. Je traverse le couloir et je l'aperçus de loin, dos à moi et à l'entrée d'une porte de bureau. Celui d'un autre collègue plutôt charmant et qui est italien. Un grand homme de 30ans, grand, mince, sourire colgate et avec un accent italien. *petite anecdote en fin de texte. Donc imaginez le charisme qu'il a ce mec, sauf qu'il ne m'intéresse pas car je n'ai de yeux que pour mon beau brun. Je passe à côté de lui et je dis bonjour sans m'arrêter et fis un signe de la main pour saluer mon collègue italien qui était déjà installé à son bureau. Ma collègue fit de même. Quand je suis passé à côté de lui, mon scanner ROBOCOP a analysé la scène au peigne fin. Il avait sa tasse de café à la main, nettoyé, deux capsules de café et ses beaux lunettes noire (qui me font craquer quand il les met je rappelle). Je quitte ma collègue à l'entrée de sa salle et je me dirige vers la machine à café seul, il était encore entrain de parler. J'ai eu à peine le temps d'allumer la lumière et la machine que je le voyais déjà venir vers la machine. Je lui souris et lui toujours d'un air inexpressif: "Alors comment va le père "mon nom de famille?"". Je lui réponds et lui demande la même chose, il répond à son tour. L'ayant vu deux capsules en main, je lui demande pour qui était la deuxième capsule (peut être que c'était pour me proposer, on ne sait jamais). Il me répond que c'était pour mon collègue (celui avec qui j'étais au petit soin). Rien de dramatique, je continue la conversation avec des banalités:" Bon week end?" et il me répond en me disant qu'il était allé voir le film que je lui ai proposé, avec un pote en me disant que son pote avait des places gratos, qu'il avait proposé dans une conversation de groupe à plusieurs potes demandant qui voulait venir, et donc qu'il avait répondu présent. Rien de dramatique, je lui demande s'il avait aimé avec enthousiasme et il a répondu:"Beaucoup!" (il souriait @onion1@ ). On a eu quelques échanges sur le film, j'ai été possédé par mon âme de GEEK et je lui ai demandé ça et ça, s'il avait remarqué tel choses ou tel choses dans le film. Et BAM, mon collègue entre et nous rejoint, conversation interrompu et moment à deux fini... @onion16@ Mon collègue me parle de boulot, du coup j'échange avec lui en parlant de boulot... Je voyais mon beau brun du coin de l’œil qui écoutait mais ne pouvant pas y participer car il ne comprenait pas grand chose...Quand le café de mon collègue fut rempli, on est tous sorti de la salle, mon collègue prit les devants et est retourné à notre salle commun et j'essayais de marcher aux pas ralentis histoire de rester un peu plus avec mon beau brun, mais le couloir n'est pas trop long, du coup on n'a pas échangé sur grand chose durant ce laps de temps... On se souhaite la bonne journée et on se quitte.
Pause déjeuner, mon collègue est parti manger à l'heure. Je devais passer à la poste, je suis donc parti durant la pause déjeuner. Bien entendu, j'ai prévenu mon beau brun que je faisais un saut à la poste et que je reviendrai un peu plus tard, qu'il ne m'attende pas. Il acquiesce avec un:"okay" et me fit une petite blague pas vraiment drôle dont je me suis forcé à émettre un intérêt et je suis parti. D'habitude je mange vers 13h30 mais il y avait eût du monde à la poste, je suis retourné à mon lieu de travail seulement vers 13h45. Et la pause déjeuner finit à 14h. Je me dirige vers le réfectoire, pensant que mon beau brun s'était déjà installé, mais non... Il n'était pas là, et son nom n'était pas coché encore. Tant pis je me suis dis, je me dirige vers le comptoir des plats et je regarde ce qu'il y avait. Je tourne ma tête vers l'entrée (par habitude, et je le vois entrain de cocher son nom, je ne vous dis pas ma joie @onion24@ @onion29@ ). C'est avec le sourire que je me dirige vers une table où la même collègue avec qui j'ai fais un bout de chemin ce matin y mangeait. Bien entendu, ma capsule de café du matin nous rejoint et s'assoit à côté de moi. On discute tous les trois et bien entendu, la conversation tourna autour de lui. Etant donné qu'il est assez aisé à parler avec tout le monde, ma collègue était aussi au courant de sa compétition sportive de ce week end. Il nous raconte sa journée et le fait qu'il s'est ramassé un carton noir. Une sanction assez stricte qui peut l'interdire de jouer et participer à une compétition pendant plusieurs mois. Chose qui le déprime assez car il est sélectionné pour la compétition des championnats de France et si le carton noir qu'il a reçu, est confirmé après la délégation des juges. Il se voit se refuser de participer à cette compétition. Et j'ai fais une chose bête (en tout cas, j'ai regretté après l'avoir dit). J'ai dis que c'était bien fait pour rigoler (j'avais souris, mais je ne sais pas s'il l'a prise au sérieux) . Je n'ai pas eu l'impression qu'il a porté de l'intérêt dessus (comme toujours...). Bref, 14h, on remonte, je lui propose un café, il me reparle de la compétition et du carton noir pendant que nos cafés coulent, et je lui dis d'essayer de se renseigner sur le fonctionnement de la sanction, peut être qu'il pourrait faire appel ou s'excuser envers l'arbitre. En tout cas je lui ai conseillé d'essayer de calmer l'ampleur des choses. Et on s'est quitté en se souhaitant bonne après-midi. On ne s'est pas revu de l'après-midi, mais je l'ai envoyé un mail avec une photo drôle qui l'a bien fait rire. En partant du travail, ver 18h, il n'était pas à son bureau et ses affaires étaient encore là. Les bureaux autour étaient vide de monde, donc le seul endroit où il pouvait se trouver était...LES TOILETTES. Je passe devant la porte et en effet il y avait du bruit. @onion9@ (Je vous l'avais dit, c'est son rituel de fin de journée, mais aussi que je suis un stalker! @onion5@ ). Je ne l'ai pas attendu, et je suis parti. Donc pas de bonne soirée pour aujourd'ui.

FIN de l'épisode J+5


Voilà ce qui s'est passé. Ce que j'ai décris, est une journée typique de "notre" relation. C'est pourquoi, parfois je l'ignore exprès pour qu'il réagisse (comme pour la fois du café où il m'a proposé 3 fois). J'ai l'impression que lorsque je ne lui porte pas d'importance, il revient avec son aura angélique pour me rappeler qu'il existe... Donc comprenez moi mes réactions parfois... Comme par exemple pour aujourd'hui, on a passé du temps ensemble, mais rien ne s'est passé...même pas un regard..même pas une attention...RIEN.

*anecdote
Un jour, pendant la pause déjeuner, je suis parti avec mon collègue cherché mon beau brun déjeuner. On est vite remonter à son bureau par manque de place au réfectoire. On s'est posé une bonne quinzaine de minutes et durant ce temps, ce collègue italien passe dans le couloir aussi. Il nous voit tous les trois dans le même bureau et donc décide de rester pour discuter, car lui même n'avait pas encore déjeuner. Et comme ça, d'un coup, comme lorsqu'il a sorti qu'il était en couple, sans lien avec la conversation précédente. Il demande à l'italien: "Comment tu m'appelles déjà?" et l'italien lui répond:" un truc en italien dont je ne me souviens plus comment on dit...". Il se met à rire et allant même jusqu'à essayer de le retranscrire l'expression sur papier. Mon collègue et moi ne comprenant pas, on demande ce que ça voulait dire et l'italien dit: "Petit PD!" en rigolant. Mon beau brun fait de même et il y eût un blanc de quelques secondes dans la conversation. Mon collègue n'a pas vraiment rit et avait juste tiré une tête exprimant une affirmation:"ah okay..." et moi je n'ai rien dis. Apparemment, l'italien le surnomme de la sorte car mon beau brun répond toujours par: "Ciao mi amore!" " Cia bello! " ce qui veut dire: Salut/Bye mon amour! et Salut/Bye bogoss!. Bref, lorsqu'il réussit à le prononcer correctement, mon beau brun ne cessait de le répéter. J'ai comme eût une impression qu'il me testait pour voir ma réaction... Et pourtant il ne dit jamais "PD" quand il parle d'homosexuel. Il utilise le terme "Gay".

Enfin bref, je n'ai pas compris l'intérêt de sa demande ce jour là... Moi je suis resté muet comme une carpe. J'ai préféré ne pas interpellé ou dire mon opinion sur ce type "d'expression".

Avatar du membre
Level 12
238 messages

Hier

Comme dirait un de mes boss : "No zob at job".

Comment se créér des soucis et situations ingérables sur son lieu de travail ? Flirter et convoler avec ses collègues @onion29@

Avatar du membre
Level 5
36 messages

Aujourd’hui

Quel soap en effet ! Tu es quelqu’un de très observateur, ton récit est prenant.

Sans vouloir jouer les rabat-joie, je pense un peu comme Lake que tu t’embourbes peu à peu dans ce qu’on pourrait qualifier métaphoriquement un « marécage » des relations , une zone grise où espoirs et déceptions se succèdent sans que l’un prenne vraiment le pas sur l’autre.

Résultat : vous ne vivez plus votre relation (amicale ou plus si affinités), chacun est dans le calcul et dans la manipulation. D’un côté je t’ignore, de l’autre je te témoigne de l’intérêt. Tu es dans l’attente du signe qui trompe pas de sa part. C’est le marécage.

De toute évidence ton beau brun sait que tu en pinces pour lui. Il y a trop de détails évidents dans ton récit et ta façon de parler de lui qui trahissent ton intérêt ; même le plus indifférent, hétéro et égotiste des mecs l’aurait remarqué.

Seulement voilà, c’est agréable de se sentir valorisé par le regard de l’autre et de se voir auréolé par quelqu’un. D’après ce que tu décris, j’ai l’impression qu’il te mène en bateau, qu’il joue avec l’intérêt que tu lui portes parce que ça le flatte, que ça lui plait d’avoir ce rôle.
L’histoire du couple qu’il te sort et qui ne tient pas debout par exemple.
Le fait qu’il ne t’attende pas pour déjeuner alors que c’est votre rituel.
Pareil pour la pause café.
Ou au contraire les suggestions autour du « cafettino » de sa part et le fait qu’il soit indisponible pour un cinéma et qu’il ne trouve pas un créneau pour vous sur son agenda. Je vois quelqu’un de tiède qui visiblement manipule un peu : « Si je lui réponds pas à son message de demande d’aide, il en souffrira et je serai vengé pour l’histoire du café d’hier. »

Je te conseille de sortir au plus vite de cette zone d’inconfort et d’adopter la règle très simple du « fuck yes! ».

Parce que je ne vais pas répéter ce que d’autres avant moi ont mieux dit :

« La plupart des conseils de séduction servent à orienter les gens dans le marécage. Dites ceci. Ecrivez-lui cela. Appelez-le tant de fois. Portez telle tenue.

Très souvent, ces conseils tournent autour de l’analyse minutieuse des comportements des uns et des autres, au point que certain-e-s passent davantage de temps à analyser les détails qu’à profiter de la rencontre.

Et l’inconfort du marécage amène de nombreuses personnes à des conduites manipulatrices et des mélodrames inutiles. C’est le genre de circonstances dans lesquelles on décrète qu’il faut attendre qu’un mec ait payé x fois le resto avant qu’on puisse l’inviter au lit. Où bien que les hommes doivent respecter une transition entre la phase d’attraction et la phase de confort en réussissant l’épreuve trois fois avant de pouvoir passer aux étapes suivantes.

Ces conseils peuvent sembler futés et intéressants à certaines personnes embourbées dans le marécage. Mais ils ratent le cœur du problème. Si on se retrouve dans le marécage, c’est que c’est déjà mort.

Donc je repose ma question : pourquoi vouloir être avec quelqu’un qui n’est pas emballé ? Quand l’autre n’est pas chaud aujourd’hui, pourquoi irait-il changer d’avis demain ? Pourquoi devrais-je faire un effort pour convaincre quelqu’un de sortir avec moi quand ce quelqu’un ne fait pas d’effort pour me convaincre moi ?

On ne reste pas ami avec quelqu’un qui nous laisse régulièrement tomber. On ne persévère pas dans un boulot quand on n’y est pas payé. Alors pourquoi s’acharne-t-on parfois à vouloir sortir avec quelqu’un qui n’est pas intéressé ? Pourquoi vouloir s’abaisser à ce point ?

L’entrepreneur Derek Sivers a écrit un jour dans un article « Si un truc ne me donne pas envie de répondre « fichtre oui ! », alors je dis non ». Ça lui a bien servi dans le monde des affaires et maintenant je reprends son conseil dans le contexte des rencontres amoureuses. Mais comme je suis plus vulgaire, j’appellerai ça la règle du « fuck yes! » ou « non merci »*

[NdT : plutôt qu’une mauvaise équivalence, et pour garder la patte de l’auteur, j’ai préféré garder l’expression « fuck yes! » telle quelle.]

La règle du « fuck yes! » stipule que quand on veut se lancer dans une histoire avec quelqu’un, quel que soit le type d’histoire, il faut que la personne donne envie de répondre « fuck yes » pour que ça vaille la peine de continuer.

La règle du « fuck yes! » stipule aussi que quand on veut se lancer dans une histoire avec quelqu’un, quel que soit le type d’histoire, il faut que l’autre personne ait elle aussi envie de répondre « fuck yes! » pour que ça vaille la peine de continuer.

On peut donc voir que la règle du « fuck yes! » ou bien « non merci » nécessite que les deux parties soient enthousiastes à l’idée de passer du temps ensemble. Pourquoi ? Parce que si on a suffisamment d’estime de soi, on comprend qu’on n’a pas de temps à consacrer à des personnes qui ne suscitent aucun engouement en nous ou bien qui n’en éprouvent pas à notre égard. »

Je te renvoie au blog des Fesses de la crémière pour l’article en entier : La règle du fuck yes

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 0 invité